Accueil » Economie-Finances » Campagne cotonnière 2016-2017: le pool bancaire national prête 80 milliards de francs CFA à la Sofitex

Campagne cotonnière 2016-2017: le pool bancaire national prête 80 milliards de francs CFA à la Sofitex

La traditionnelle cérémonie de signature de convention entre la Société burkinabè des fibres textiles (Sofitex) et ses partenaires du Pool bancaire national a eu lieu le lundi 19 décembre 2016 à Ouagadougou. D’un montant de 80 milliards de francs FCA, cette convention s’inscrit dans le cadre du financement de la campagne cotonnière 2016-2017.

Wilfried Yaméogo, directeur général de la Sofitex
Wilfried Yaméogo, directeur général de la Sofitex
Les deux partenaires lors de la signature de convention
Les deux partenaires lors de la signature de convention

80 milliards de francs CFA. C’est le montant de l’enveloppe que le Pool bancaire national met à la disposition de la Sofitex. Cela témoigne de la bonne relation de partenariat gagnant-gagnant qu’ils entretiennent depuis une dizaine d’années. Les défis majeurs de cette campagne étaient la reconquête du Label burkinabè et le dépassement ou le maintien du niveau de la productivité, avec le coton conventionnel.

Suite au rétrécissement de la longueur de la fibre constaté avec le coton génétiquement modifié, l’option avait été prise, en début de campagne, de retourner à la production du coton conventionnel à 100%. La bataille de la longueur et de la production est en passe d’être gagnée car, à en croire ce qui a été annoncé par le directeur général de la Sofitex, Wilfried Yaméogo, «Les résultats enregistrés à ce stade indiquent bien que nous sommes dans la logique de la reconquête de ce label (le label burkinabè qui est une fibre pure et longue: ndlr) parce qu’à ce jour, tout le coton qui a été égrené ne révèle aucune fibre courte. Cela est important car c’est le coton conventionnel qui a permis l’inversion de la tendance».

Cheikh Travaly, chef de file du pool bancaire national
Cheikh Travaly, chef de file du pool bancaire national

Cette campagne, la production attendue de la Sofitex à elle seule est de 550 000 tonnes de coton graine sur une prévision initiale de 600 000 tonnes. Cette légère contreperformance se justifie par l’arrêt brutal des pluies en mi-septembre.

Quoi qu’il en soit, le concours financier du pool bancaire national permettra un paiement rapide des revenus coton aux producteurs ainsi que le désintéressement des divers partenaires et prestataires. Il sera remboursé au taux de 6,40% contre 7,75% à la campagne écoulée. Un effort, selon le chef de file du pool, le directeur général d’Ecobank Burkina Faso, Cheikh Travaly.

Mais tout en témoignant sa reconnaissance aux différentes institutions qui accompagnent la Sofitex, M. Yaméogo est encore plus demandeur: «Le taux auquel nous sommes parvenus est de 6,40% alors que pour la campagne précédente, il était de 7%. Nous avons pu négocier à la baisse ce taux, mais la réduction n’a pas été jusqu’au bout de nos attentes qui étaient 6,25%». Mais il a précisé que les négociations vont se poursuivre pour les financements futurs. Au-delà d’un appel, c’est un cri de cœur qu’il a lancé à l’endroit de ses partenaires. «Nous avons compris les préoccupations de la Sofitex», a déclaré Cheikh Travaly, qui a reconnu que le coton a un aspect très social. Les discussions vont continuer pour que l’année prochaine, dans le cadre de la campagne 2017-2018, ils puissent réaménager les taux.

Les différents représentants des banques lors de la signature de convention
Les différents représentants des banques lors de la signature de convention

Il a aussi saisi l’occasion pour féliciter la Sofitex et les autres sociétés cotonnières qui ont toujours tenu leurs engagements. «Il y a eu des moments difficiles, on a eu à restructurer des crédits, mais ils ont toujours été payés, même si ce n’est pas toujours à bonne date», a reconnu M. Travaly.

Le directeur général de la Sofitex a expliqué que les 80 milliards mobilisés ne sont qu’une partie du financement que la société a besoin. Pour 2016-2017, la Sofitex va mobiliser les ressources auprès de trois pools que sont le Pool bancaire local, le pool ITFC qui est un pool extérieur et également le pool Société générale. «Si on met ensemble l’ensemble des sollicitations, on sera à 202 milliards de F CFA qui vont permettre de financer les autres segments d’activités tels que le transport du coton graine, le transport de la fibre vers les ports…», a-t-il révélé.

Madina Belemviré

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *