Accueil » Education-Enseignement-Recherche » Cantines scolaires 2017-2018 : quatre fournisseurs défaillants et leurs contrats en processus de résiliation

Cantines scolaires 2017-2018 : quatre fournisseurs défaillants et leurs contrats en processus de résiliation

Pour l’année scolaire 2017-2018, treize (13) communes n’ont pas pu acquérir des vivres pour leurs écoles. Dix (10) communes parmi elles ont bénéficié d’une dotation spéciale pour un total de 246 écoles sur 356 programmées. Telle a été  l’information principale  portée à la connaissance des hommes de média, par le  Ministère de l’éducation nationale, de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales (MENAPLN) au cours d’un point de presse qu’il a animé  le  mardi 12 février 2019 à Ouagadougou sur la gestion des cantines scolaires.

le présidium lors de la conférence de presse

Au Burkina Faso, le secteur de l’éducation relève des priorités nationales. A ce titre, depuis l’indépendance du pays, ce secteur a connu différentes réformes à la quête d’une éducation de qualité pour tous. Alors, la question de la cantine scolaire s’est avérée déterminante dans l’approche de cette finalité. Au regard des impacts positifs des cantines scolaires, surtout sur les résultats scolaires, les autorités en charge de l’éducation ont toujours pris des initiatives en vue de son fonctionnement effectif au profit de tous les élèves. Ce pendant à ce jour,  ce secteur rencontre certains  difficultés comme le retard dans la livraison des vivres par les fournisseurs, la défaillance de certains fournisseurs, le manque de formation spécifique pour les différents acteurs, l’insuffisance de moyens logistiques entravent  sa bonne marche .Et pour mieux communiquer et trouver des solutions durables, le Ministre de l’Education nationale, de l’Alphabétisation et de la Promotion des langues nationales était face à la presse pour  rendre compte des actions entreprises en matière de cantines scolaires.

une vue des acteurs de l’éducation au point de presse

Pour le directeur en chargée de la gestion des cantines scolaires de l’allocation des moyens spécifiques aux structures éducatives  (DAMSSE),Roger Ilboudo c’est plus de 23 milliards de  FCFA dépensés dans les cantines scolaires. Dressant le bilan des cantines au préscolaire et au primaire ,M.Ilboudo  a fait savoir que pour l’année scolaire 2017/2018, 886 écoles et structures préscolaires programmées ont été dotées avec un tonnage de 2629,047 dont un niveau d’exécution de 99,87% pour un budget de 2 990 901 000 F CFA. « Au niveau des établissements du post primaire et du secondaire, l’Etat a alloué 1 650 000 000 F CFA. Ce montant a servi à la restauration et l’hébergement des candidats déplacés au BAC, session de 2018 pour un montant de 272 500 939 F ».

Malheureusement, à ce jour à en croire M.Ilboudo « seul le fournisseur d’huile a exécuté convenablement son marché. Le contrat de sardine n’a pas connu un aboutissement pour insuffisance de ressources financières. Les quatre autres fournisseurs sont tous défaillants et les processus de résiliations de ces contrats sont engagés. Tout cela a pour conséquence l’absence de stock dans les magasins, le non démarrage des cantines scolaires du post primaire et secondaire ainsi que la perte desdits crédits ».

Solutions et Perspectives

Au regard des difficultés évoquées, la direction en charge des cantines a proposé  plusieurs stratégies pouvant  être développées en vue d’une pérennisation des cantines scolaires. Il s’agit notamment entre autres la promotion de la cantine endogène dans toutes les écoles, le renforcement de la contribution de l’Etat, le plaidoyer auprès des partenaires pour la mobilisation des ressources, la valorisation et la promotion de l’économie locale à travers l’acquisition des vivres auprès de groupements et associations d’agriculteurs locaux.

le directeur de l’allocation des moyens spécifiques aux structures éducatives (DAMSSE),Roger Ilboudo

Aussi, pour une réussite des cantines scolaires, « l’Etat va dans les prochains jours engager de larges concertations entre tous les acteurs impliqués dans la gestion de la cantine ,former les acteurs à la gestion de la cantine ,sensibiliser les fournisseurs sur le respect des clauses contractuelles et résilier les contrats des fournisseurs défaillants » a affirmé M.Ilboudo.

A cette occasion, M.Ilboudo  a saisi l’opportunité pour lancer un appel à tous les acteurs et particulièrement aux élus locaux de trouver des voies et moyens pour faire des cantines scolaires un instrument d’amélioration des rendements scolaires. « Une bonne utilisation des ressources transférées et la contribution des communautés pourront être mises à contribution pour l’atteinte de notre objectif commun, le développement de notre cher Faso » a-t-il conclu.

Omar Idogo

Un commentaire

  1. La promotion des cantines endogènes est bien si le suivi terrain est bien fait. Sinon c’est une pure exploitation des braves paysans qui vivotent déjà et qui se font spolier par les enseignants véreux. Ils détournent les livraisons des cantines en totalité avec la complicité des APE et exigent des vivres aux parents pour nourrir les élèves qui ne mangent même pas à l’école (surtout dans les villages).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *