Accueil » Gouvernance - Développement » CASCADES Route Banfora/frontière Côte d’Ivoire: Éric Bougouma constate l’état d’avancement des travaux

CASCADES Route Banfora/frontière Côte d’Ivoire: Éric Bougouma constate l’état d’avancement des travaux

Le ministre et sa suite sont allés constater de visu l’état d’avancement des travaux sur la RN7

Les travaux de réhabilitation ou d’entretien de la route Banfora-frontière de Côte d’Ivoire communément appelée la RN7, longue de 73 kilomètres, ont débuté depuis décembre 2016. Dans le but de constater de visu l’état d’avancement de ces travaux qui, à un moment donné, ont connu des suspensions, le ministre des Infrastructures, Eric Bougouma, a visité la route le vendredi 30 mars 2018.

D’un coût global de 6 757 943 467 FCFA TTC, la réhabilitation de ces 73 kilomètres de route consiste à faire des travaux comme la réparation des déformations observées, le recyclage de la couche de base avec une amélioration aux concassés, la reprise de la couche de roulement en enduit superficiel bicouche, la réparation des ouvrages d’art, d’assainissement et de protection défectueux, la rectification du tracé aux virages accidentogènes, la remise en état de la signalisation.

Eric Bougouma veut s’assurer de la qualité des travaux

Officiellement lancés en décembre 2016 pour un délai d’exécution de dix (10) mois, ceux-ci ont été suspendus du 26 décembre 2016 au 15 mars 2017, puis du 1er août 2017 au 10 octobre 2017 pour des questions de pluies mais également administratives.

Après la reprise des travaux, le premier responsable du département en charge des infrastructures a donc jugé opportun de parcourir tout le long de la route afin de s’assurer de leur état d’avancement.

Des travaux en cours d’achèvement…

De Banfora à la frontière de la Côte d’Ivoire en passant par Niangoloko, Eric Bougouma s’est montré satisfait non seulement de l’état d’avancement des travaux mais aussi et surtout de la qualité de ceux-ci. Avec un taux d’exécution global de 90,58%, les travaux sont en cours d’achèvement.

Le ministre Eric Bougouma s’est réjoui de l’état d’avancement des travaux mais aussi de leur qualité

Cependant, reconnait-il, quelques travaux de définition restent à exécuter sur un tronçon d’environ 500 mètres. Ce sont essentiellement, selon lui, la signalisation horizontale (communément appelé marquage au sol) et verticale, l’érection de quelques ralentisseurs, la plantation d’arbres, la réalisation d’un forage restant, la remise en état des emprunts, le rehaussement de la «ligne rouge» à Niangoloko et le traitement de la zone de la douane de Niangoloko.

Au regard de l’importance de cette route dans les échanges entre le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire, le ministre Eric Bougouma souhaite que ceux-ci prennent fin le plus tôt possible afin de mettre définitivement un terme au calvaire des usagers. «Cette route qui va de Banfora à Niangoloko puis à la frontière de Côte d’Ivoire, a un caractère vital pour l’économie de notre pays car les échanges entre le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire y sont très importants. C’est une route d’intégration entre nos deux pays. Nous sommes donc satisfaits d’avoir pu la remettre dans son état actuel» s’est-il réjoui, avant de préciser que la réhabilitation de cette route est la matérialisation d’un engagement du président du Faso à mettre en état le réseau routier du pays.

Il a souhaité que les derniers travaux puissent prendre fin avant la prochaine saison des pluies.

Cheick Omar Traoré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *