Accueil » Défense-Sécurité » CASEM du ministère de la Défense: les participants ont deux jours pour s’approprier le Plan stratégique 2017-2021

CASEM du ministère de la Défense: les participants ont deux jours pour s’approprier le Plan stratégique 2017-2021

Le ministère de la Défense nationale et des Anciens combattants tient les 16 et 17 février 2017 son premier Conseil d’administration du secteur ministériel (CASEM) de l’année 2017. La cérémonie d’ouverture des travaux a été présidée par le président du Faso, par ailleurs ministre de la Défense, le jeudi 16 février 2017 à Ouagadougou.

Le présidium lors de l'ouverture des travaux
Le présidium lors de l’ouverture des travaux

Construire une armée nationale professionnelle, opérationnelle et républicaine qui est en phase avec les ambitions du Burkina et les exigences de la démocratie, est l’une des préoccupations majeures des Forces armées nationales (FAN). Dans un contexte changeant marqué par des menaces de nature diverses et mutantes, le ministre de la Défense, Roch Marc Christian Kaboré, a estimé qu’il est indéniable d’adapter l’outil de défense des FAN à cette «versatilité» afin de faire face à de nombreux défis dont le terrorisme. C’est dans cette optique que le ministère de la Défense a décidé de placer son premier CASEM de l’an 2017 sous le thème «Mise en œuvre du plan stratégique 2017-2021 pour la réforme des forces armées nationale (PSR 2017-2021): appropriation par les acteurs».

Le président du Faso a présidé la cérémonie d'ouverture du premier CASEM du ministère de l la Défense
Le président du Faso a présidé la cérémonie d’ouverture du premier CASEM du ministère de  la Défense

Le plan stratégique a noté Roch Marc Christian Kaboré, est le fruit d’une réflexion stratégique consensuelle dont la mise en œuvre permettra aux participants de renforcer les capacités des FAN. Elaboré en tirant les leçons de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 et des dysfonctionnements constatés dans la gouvernance militaire, ce plan  comprend deux parties. La première partie porte sur l’analyse diagnostique de tous les domaines  de la gouvernance militaire et la seconde se raccorde à la formulation des éléments du plan. Les participants vont donc au cours de ces deux jours d’assises, s’approprier du contenu détaillé de ces thématiques à travers des exposés qui leur seront faits par les membres du comité de pilotage.

Mais au-delà de cette appropriation, le ministre de la Défense a informé que le présent CASEM consacre le lancement officiel de la mise en œuvre du PSR 2017-2021, dont la dynamique est déjà enclenchée sur le terrain. En témoigne de son avis, l’adoption récente des lois portant statut général et conditions d’avancement des personnels des FAN qui a déjà pris en compte la clarification portant sur la nomination des militaires aux hautes fonctions de l’Etat, les rapports entre les militaires et la chefferie coutumière… Aussi, a-t-il ajouté, le projet de Constitution de la 5ième République en cours d’élaboration a aussi introduit une disposition pour prendre en compte la constitutionnalisation de l’Armée.

Les participants vont réfléchir pendant deux jours sur la mise en oeuvre du plan stratégique 2017-2021 pour réforme des FAN
Les participants vont réfléchir pendant deux jours sur la mise en œuvre du Plan stratégique 2017-2021 pour la réforme des FAN

A propos du financement du PSR 2017-2021, Roch Marc Christian Kaboré a révélé qu’un avant-projet de loi de programmation militaire sera bientôt introduit par le gouvernement auprès de l’Assemblée nationale pour solliciter les crédits budgétaires nécessaires à la conduite des activités. La sécurité et la paix étant des préalables incontournables au développement d’un pays, Roch Marc Christian Kaboré a affirmé que l’organisation des Nations unies s’est engagée à la requête du gouvernement burkinabè, à l’accompagner dans un processus de réforme du secteur de la sécurité (RSS). «Il s’agit à travers ce partage des expériences sur le terrain de notre organisation commune, de mener une réflexion stratégique globale qui devra déboucher sur la formulation de solutions idoines pour une gestion adéquate du secteur de la sécurité, appréhendée de manière large et qui ne se limite pas à la défense et à la sécurité», a-t-il dit. Cette réforme devra donc prendre en compte selon lui,  les initiatives déjà en cours comme le PSR 2017-2021, dont le riche contenu traduit au mieux les réalités de l’armée burkinabè.

Convaincu que les participants sont capables de relever le défis de construire une armée moderne et professionnelle, le ministre de la Défense les a exhortés à des échanges fructueux sur le contenu du PSR 2017-2021 afin d’assurer sa bonne mise en œuvre.

Madina Belemviré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *