Accueil » Société » CC/CGT-B des Péages: le militantisme féminin au menu des échanges

CC/CGT-B des Péages: le militantisme féminin au menu des échanges

La responsable des femmes, Jeanne Ouédraogo

La Coordination des comités CGT-B (CC/CGT-B) des Péages a initié une rencontre nationale pour les femmes militantes des péages ce mardi 29 mai 2018 à la Bourse du travail de Ouagadougou. Cette rencontre a pour but de renforcer les connaissances en matière de luttes syndicales et exposer surtout les difficultés rencontrées par les femmes des péages.

«Militantisme syndical des femmes du péage et esprit de sacrifices». C’est sous ce thème que s’est tenue la rencontre des femmes de la Coordination des comités CGT-B des Péages.

La photo de famille

Un tel thème, selon la responsable des femmes, Jeanne Ouédraogo, vise à sensibiliser les femmes à plus de mobilisation dans le militantisme syndical pour obtenir de meilleures conditions de travail. Pour relever les défis, seule  la mobilisation pourra «nous permettre de préserver nos acquis et de les élargir» ajoute Jeanne Ouédraogo. Mais l’une des premières préoccupations, poursuit-elle, c’est la question de la santé. Elle espère qu’au sortir de ces échanges avec les leaders de la CGT-B, les femmes des péages seront bien outillées.

Des femmes des péages présentes à la rencontre d’échanges à la Bourse du travail

Selon Zakaria Nadya, le responsable à la formation du bureau CGT-B, cette rencontre nationale d’échanges a aussi pour but de passer l’information aux femmes des péages du Burkina, notamment ce qui a été dit entre le gouvernement et les travailleurs de l’Etat. Il s’agit de la défense ferme de la liberté syndicale (dont le droit de grève), de la lutte contre l’impunité, de la lutte pour la mise en œuvre des engagements pris par le gouvernement tant au niveau national qu’à celui sectoriel (relecture du Code du Travail, de la loi 033, la prise en compte des indemnités et autres accessoires dans le calcul de la pension des fonctionnaires, la réouverture des gares ferroviaires, l’exécution des protocoles d’accord,…).

Pour lui, il faut impérativement former les femmes des péages pour relever le niveau de conscience politique et leur permettre d’être plus efficaces et professionnelles.

Omar Idogo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *