CDP: le diable de la division revient à grands pas - Les échos du Faso
Accueil » Mounafica » CDP: le diable de la division revient à grands pas

CDP: le diable de la division revient à grands pas

Entre les séances d’écoute des déclarations des accusés du procès du putsch manqué, moi Mounafica j’ai entraperçu une note qui circule sur les réseaux sociaux et qui fait état du procès du coup d’Etat manqué et surtout qui prétend donner des infos ‘’top secret’’ sur les dessous du procès.

Tout serait parti du témoignage, dit-on, du frère d’un des mis en cause dans le putsch. Il cite des noms de personnalités qui travailleraient à biaiser le verdict du procès. Autrement dit, des gens veulent charger le général Djibrill Bassolé pour, dit-on, l’éliminer de la course au pouvoir en 2020. Ce qui intrigue est qu’on cite nommément le président du CDP, Eddie Komboïgo comme un des artisans de cette cabale.

De l’analyse d’un politologue que moi Mounafica j’ai rencontré, tout cela repose le gros problème du CDP, à savoir la cohésion tant recherchée mais qui reste toujours une arlésienne. Pour l’analyste, le congrès du parti, qui a porté Eddie à la tête du CDP, n’aura été qu’un saupoudrage. Les avis divergents émis et les vents contraires annoncés avant le congrès demeurent vivaces. L’explosion du CDP, qui devrait suivre le congrès, a été ramenée à des proportions de gentleman agreement.

Moins prosaïquement, cela voudrait signifie ‘’les gens s’attendent à ce que le CDP éclate, on ne va pas le faire comme ils veulent, on va sortir du congrès comme unis mais la réalité est toute autre’’. Effectivement, le congrès de tous les dangers a pu se tenir, un bureau a été mis en place. Cependant, tout n’est pas rose, tout n’est pas beau dans le meilleur des mondes politiques possibles.

Pendant le congrès, on a fait comme cette fable qu’on attribue à un fou face à un temple de religieux. La fable dit que le fou a été obligé d’interpeller le pasteur pour lui dire qu’avec les portes et les fenêtres fermées, le diable qu’il veut chasser ne peut pas sortir. Le CDP a fermé portes et fenêtres lors de son congrès et donc le diable est resté dans la maison. Il vient de se réveiller.

Les anti Eddie ont repris leur bâton de pèlerin, les échéances électorales à venir vont être rudes et âpres. Et qui va en tirer les bénéfices? Tout naturellement, les yeux sont tournés vers le MPP. Qui a lui aussi ses propres contradictions internes qui ne sont pas une mince affaire. Tout compte fait, au Faso, tous les partis politiques ont leur diable interne qui essaie tant bien que mal de mettre à mal la cohésion au sein des partis. A proprement parler démocratiquement, c’est une bonne chose, car c’est des contradictions, des chocs à la républicaine que naîtra la lumière.

Les partis politiques ont trop souvent été des ascenseurs pour certains, ils y viennent non par conviction mais pour des intérêts bassement égoïstes. Depuis longtemps, l’échelle facile pour une ascension sociale ou professionnelle a été de prendre la carte, surtout la bonne carte, celle des tenants du pouvoir. Il est loisible d’entendre ici au Faso des récriminations du genre «on a travaillé pour le parti et voilà qu’au moment du partage du gâteau on nous a oublié…» Quid de la conviction, du don de soi pour la cause commune. «On a travaillé» donc on doit nous récompenser. C’est du donnant-donnant, point barre.

Mais avec les bisbilles ici et là, les déçus des partis politiques et dieu sait que certains se sentent déçus depuis la nuit des temps du retour au multipartisme. Ils ont été déçus de la CNPP, de l’ODP/MT, du CDP, du RDA, de l’UNDD, du MLN, de l’UPC… De vrais ‘’party-trotters’’, pour ne pas dire globe-trotters.

Mounafica, tout œil tout ouïe!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *