Accueil » Politique » CDP: la ‘’blaisodépendance’’!

CDP: la ‘’blaisodépendance’’!

Certains militants du CDP-Houet sont devenus des dangers pour les journalistes

Dans leurs salons, à l’abri des regards et des oreilles indiscrets, certains hauts cadres du CDP se sont dit, avec un brin d’amertume ponctuée de regrets juste après les résultats des législatives: «…Si on avait su, on allait dire à Blaise de choisir parmi nous un candidat et aujourd’hui on serait au pouvoir. Il n’y aurait pas eu d’insurrection, donc pas de morts…»

Cette pensée que l’on peut sommairement résumé à «si je savais» porte en elle une autre déduction qu’un haut cadre avait faite: «Nous, bureau dirigeant du CDP de l’époque, nous n’avons pas eu les couilles. Il nous a manqué le courage politique de dire non à Blaise et voilà on a tout perdu….»

Beaucoup d’observateurs politiques d’ici et d’ailleurs partagent largement cette réflexion. Mais on n’oublie pas que la patrimonialisation était le socle de gérance du CDP. Il a été créé par Blaise, pour Blaise, un point c’est tout.

Mais avec l’insurrection et tout ce qui s’en est suivi, le CDP, malgré tout, a pu se positionner comme 3e force par le nombre des députés. On avait pensé qu’enfin le parricide allait avoir lieu, surtout que le mentor, après avoir pris la poudre d’escampette, a changé de nationalité. Blaise Compaoré est devenu ivoirien. Que nenni! La dernière sortie du CDP pour les vœux du nouvel An édifie sur la ‘’blaisodépendance’’ qui y a cours.

Au lieu de se faire une virginité politique, les dirigeants du CDP estiment que «Blaise Compaoré n’a jamais été aussi populaire que sous le pouvoir de Roch». Un refus d’affranchissement qui porte en lui les ambitions que les uns et les autres ont pour gérer le CDP post insurrection. La même couardise qui a causé la perte du pouvoir continue de plus belle. On n’a pas besoin de dessin pour savoir que les ordres sont toujours reçus depuis les bords de la lagune Ebrié. C’est dommage!

En lieu et place d’une réorganisation de leur parti, les boss de l’ancien giga parti en sont toujours à une gestion par procuration. Il y a eu l’insurrection populaire pour se débarrasser de Blaise Compaoré, visiblement il faut aussi une insurrection au sein du CDP pour couper le cordon ombilical qui lie les patrons actuels à Blaise Compaoré. Où sont les jeunes loups du CDP qui criaient à hue et dia qu’il faut de nouveaux visages au CDP? Disparus dans la nature?

Le CDP actuel vit sur la nostalgie d’un passé à jamais révolu. La perte du pouvoir leur fait mal, mais ils oublient que les Burkinabè ont mangé la vache enragée sous Blaise pendant près de 3 décennies.

Ousmane Hébié

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *