Accueil » Politique » CDP: une rentrée politique placée sous le signe de la cohésion et de la relance des activités

CDP: une rentrée politique placée sous le signe de la cohésion et de la relance des activités

Le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) a effectué sa rentrée politique 2017-2018 dans la soirée du samedi 30 septembre 2017 à Ouagadougou.

Achille Tapsoba livrant son discours marquant la rentrée politique 2017-2018 du CDP

A l’occasion, le président par intérim du parti, Achille Tapsoba, a indiqué que cette rentrée politique est placée sous le signe de la relance des activités du CDP, et également sous le signe de l’unité, de la solidarité, et de la cohésion en son sein. Une rentrée qui démontre, selon M. Tapsoba, que les militants du parti chassés du pouvoir par l’insurrection populaire de fin octobre 2014 ont refusé de s’installer dans un «fatalisme inutile et négatif». Mieux, précise Achille Tapsoba, «Nous avons tiré leçon de notre gestion de ce pays, avons tiré tous les enseignements» et «nous sommes prêts à améliorer nos actions, nous sommes prêts à nous corriger et nous sommes prêts à aller de l’avant».

D’ailleurs, clame M. Tapsoba, la rentrée effectuée ce 30 septembre «se veut une rentrée politique qui donne l’opportunité à notre parti de célébrer des efforts qui ont été fournis par nos militants dans toutes les provinces, dans toutes les communes, dans tous les villages». En effet, dans la matinée de ce jour 30 septembre, le Bureau politique national (BPN) a validé le renouvellement de 38 sections du parti et de près de 245 de ses sous-sections. Ce qui, selon Achille Tapsoba, témoigne des efforts consentis par les militants pour «résister aux différents passages difficiles» qu’a connus leur parti et surtout de leur «volonté de reconstruire un parti plus fort, d’opérationnaliser le discours politique et d’aller au- devant des défis». Déjà, assure-t-il, «nous sommes encore confiants en nous-mêmes, en notre parti et en notre pays dans la mesure où l’essentiel ce n’est pas de tomber, mais de savoir se relever en toute modestie, en toute humilité, en toute franchise».

A en croire Achille Tapsoba, les militants du CDP entendent également, à la faveur de cette rentrée politique, marquer leur «disponibilité au dialogue politique» qu’ils appellent de tous leurs «vœux»; et cela, dans le sens de «travailler pour la réconciliation nationale au sein de la CODER (Coalition pour la démocratie et la réconciliation, Ndlr) et au sein de la famille de l’opposition politique burkinabè organisée derrière le Chef de file de l’opposition».

Au nouveau président de l’Assemblée nationale, le CDP «souhaite un fructueux mandat» et qu’il puisse notamment «continuer de conduire l’institution sous le signe de la concertation, du consensus et du dialogue politique».

Se prononçant sur des questions d’actualité internationale, le CDP, dira son président par intérim, trouve qu’au Togo, «le peuple est en ébullition pour revendiquer simplement le retour à la constitution de 1992», et qu’au Sénégal, le «Franco-Béninois Kémi Séba qui revendiquait légitimement l’abandon de la monnaie de servitude que constitue aujourd’hui le franc CFA qui a défrayé et défraye encore la chronique» a fait les frais d’un «procès inédit en août dernier».

Paangui Parè

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *