Accueil » Mounafica » Ces ministres qui ont TAClé le TAC!

Ces ministres qui ont TAClé le TAC!

J’accuse (et je le ferai toujours), au nom des multiples cotonculteurs et des nombreuses femmes tisseuses et confectionneuses de bandes de coton du Burkina, les ministres burkinabè qui ont zappé le FDF au cours de la cérémonie de clôture du TAC, pour emprunter à Emile Zola son article sur l’affaire Dreyfus… Il faut appeler un chat, un chat, comme cela se disait couramment sous la Révolution.

Même Simon le ''défenseur central'' du FDF l'a TAClé ce jour avec un CC... (ph preFaso)
Même Simon le  »défenseur central » du FDF l’a TAClé ce jour avec un CC… (ph preFaso)

Bonnes gens, vous avez, pour certains dans la salle de conférences de Ouaga 2000 et pour d’autres devant leur petits écrans, vu le président du Faso et son 1er ministre dans de belles tenues en FDF. Mais à côté, il y a eu des ministres qui ont roulé à contre-courant pour TACler le TAC…

Ils, ce sont le ministre des Affaires étrangères Alpha Barry, celui des Transports Souleymane Soulama, celui de la Sécurité Simon Compaoré, Clément Sawadogo de la Fonction publique, René Bagoro de la Justice, Eric Bougouma des Infrastructures et Remis Fulgance Dandjinou de la Communication. Ils étaient habillés dans des costumes à l’occidentale (Tahirou Barry était dans un costume à la burkinabè). Ces ministres ont raté une occasion en or de vendre la culture vestimentaire burkinabè.

C’est pas juste pour la place de 1er producteur de coton qu’occupe le Burkina. Une tribune internationale comme le TAC devrait être mise à profit pour montrer au monde qu’ici au Faso on a aussi une culture vestimentaire appelée faso dan fani et c’est aussi notre carte d’identité…

Comment comprendre que le président du Faso et son chef de gouvernement font des efforts pour valoriser le FDF et, à côté, des ministres fassent de la résistance?! Ce n’est pas parce que ce n’est pas une obligation qu’il faut ignorer ce geste hautement politique. Un proverbe de chez nous dit que tout le monde connaît le prénom de la grand-mère mais on l’appelle tous Yaaba. Le PF et son PM n’ont pas besoin, en Conseil des ministres, d’inviter les membres du gouvernement à des efforts patriotiques. S’ils le font eux-mêmes, c’est pour montrer la voie à suivre et cela devrait aller de soi pour les autres. Ce n’est pas du chauvinisme, c’est du réalisme.

Si on ne peut pas exiger le port du FDF par tous les Burkinabè comme au temps de la Révolution, on peut au moins exiger son port par les membres du gouvernement. Ne sont-ils pas les premiers serviteurs de l’Etat?

Mounafica, tout œil tout ouïe!

2 commentaires

  1. Jusqu’à preuve du contraire, je ne pense pas qu’un texte de qui que ce soit impose le port du FDF à qui que ce soit dans ce pays! L’esprit de réalisme, dont vous parlez, ne manque pas aux ministres que vous semblez incriminer ici (je ne les connais pas personnellement). Ce n’est pas parce qu’on est membre du Gouvernement que le port du FDF est obligatoire. Nous devons féliciter les membres du gouvernement (le PF d’abord et son PM ensuite, même si ce dernier semble avoir été contraint à l’adaptation) qui pour beaucoup portent le FDF. Faites un petit retour dans l’histoire de notre pays et vous verrez à quoi a abouti la tentative de port obligatoire du FDF. Bon vent au FDF. Merci.

  2. Mr le SAGE, l’esprit de réalisme manque aux ministres incriminés, sinon ils auraient compris que cette rencontre est une opportunité à double titre, d’abord la Côte D’ivoire est un pays qui héberge des millions de Burkinabè, qui sont sensibles à des sursauts de fierté nationale et ne resteront pas amorphes point de vu engouement au FDF, pourquoi pas aussi les Ivoiriens.Ensuite les hauts représentants de l’État sont les premiers ambassadeurs du Burkina Faso.Enfin, si les ministres incriminés étaient sages doublés d’un patriotisme, aucun texte ne devrait ni ne saurait les emmener à porter le FDF, ils les porteraient à toutes les occasions où le Burkina Faso joue son identité, sa souveraineté et sa capacité à transformer et à consommer Burkinabè.En mooré on dit « qua mi djînnguo, sanpa toussou loub ». Le Président et son premier ministre ont trop lorgné les membres du gouvernement,il faut agir maintenant.Merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *