Accueil » Nè Wendé » C’est le naam qui est bon pour le Burkinabè

C’est le naam qui est bon pour le Burkinabè

Je vous avais dit que moi, Nè Wendé Junior, je vais tenter de prendre la place de Nè Wendé titulaire pour vous entretenir de temps en temps, parce qu’il a été appelé à d’autres fonctions. Donc, me voilà aujourd’hui encore avec une nouvelle parole. Nè Wendé!

Et je suis très fâché. Plus fâché même que si c’était Nè Wendé titulaire. Il faut une révolution dans ce pays. Parce qu’il y a trop de foutaises, de laisser-aller. Nè Wendé!

 Tout le monde est devenu président du Faso, Premier ministre, ministre de tout, directeur de tout, expert en tout! Même le petit cacaba tramadolé se donne le droit de parler mal à un aîné, si ce n’est quelqu’un qui a l’âge de son père cul-terreux ou bien qui ne voudrait même pas de sa maman comme sa copine! Nè Wendé!

C’est pourquoi, moi Nè Wendé, je dis qu’il faut qu’on chicotte des gens ici afin qu’ils rentrent dans les rangs. La démocratie du Blanc n’est pas bonne pour nous. C’est la démocratie du Noir qui est adaptée: le naam. Le Naaba est là et il règne. Si tu n’es pas d’accord avec lui, tu sautes mordre ton derrière. Mais tu ne viens pas tituber en public. Nè Wendé!

On va dire que moi Nè Wendé je veux jeter de l’huile sur le feu, je veux diviser les burkinabè mais c’est quoi les déconnards veulent? Eux, ils veulent nous tuer! La démocratie à la con, qui n’est pas tropicalisée, nous a envoyé toutes ces déconneries. Nè Wendé!

Pouvait-il venir à l’idée d’un policier de faire grève? Surtout au moment où nous avons besoin de lui pour nous protéger contre les terroristes? Les gens ne cherchent plus du travail, il n’y a plus de vocation, ils cherchent l’argent! Nè Wendé!

Idem pour leurs camarades financiers: ils ne travaillent pas et ils veulent le beurre et l’argent du beurre. Y a pas pires apatrides! Chacun utilise son arme. Moi je critique. C’est ce que je pense que je dis. Nè Wendé!

Moi, je suggère à Lassané-le-Ligd-naaba de laisser durer le viim koega jusqu’au 5 avril. C’est parce que le salaire tombe régulièrement et à bonne date que les gens déconnent. Si ce n’est pas être apatride, pourquoi on ne regarde pas l’effort qui est fait pour garantir les salaires, c’est sur des pourboires (fonds commun) qu’on peut s’accroche? Les privés veulent travailler et vous les empêchez de le faire. Est-ce humain? Blaise s’est assis sur Sankara et voilà le résultat! Nè Wendé!

Thomas, faut faire pardon revenir une seule semaine en vie pour nous sauver. Ils ont tourné le bras du Rocco mettre dans le dos, il ne peut plus rien faire, il est obligé de faire ce qu’ils veulent. On a comme l’impression que certains Burkinabè savent où ils vont aller, si ce pays-là prend feu. Sinon, ils n’agiraient pas de la sorte. Ce qui se fait n’est pas une lutte pour de meilleures conditions de vie, c’est la faillite du pays qu’ils veulent, comme le font les terroristes. Nè Wendé!

Bon, il faut que j’arrête ici sinon je vais casser mon gourdin sur la tête de quelqu’un. Mais avant de partir, je laisse cette proposition: les anciens savent que pour passer un concours, il fallait signer un engagement décennal à servir la Nation au moins 10 ans en cas d’admission avant d’aller voir ailleurs si on ne voulait plus être fonctionnaire; cela, pour payer les frais que l’Etat a déboursés pour te former. Nè Wendé!

Maintenant qu’il n’y a plus d’engagement décennal, je propose qu’on fasse signer des engagements quinquennaux. Un engagement quinquennal à quitter son boulot si l’on trouve que le salaire qu’on perçoit ne peut plus permettre de se nourrir. Nè Wendé!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *