Accueil » Politique » Quand c’est PUR pour Alexandre, c’est prurit pour Bénéwendé

Quand c’est PUR pour Alexandre, c’est prurit pour Bénéwendé

Après les bisbilles au sein de l’UPC, voilà l’Unir/PS qui se trouve dans les eaux troubles, même si celui qui a abandonné le parti de l’œuf a décidé de se PURifier. A l’UPC, les dissidents jouent les prolongations avec cette attitude du ‘’un pied dedans, un pied dehors’’; les responsables de l’UPC veulent que les frondeurs démissionnent mais ceux-ci s’y refusent. Or, dans ce cas de figure, la loi de rendre le mandat ne peut pas s’appliquer.

Vu du congrès constitutif du PUR (ph L’Observateur paalga)

Dans le cas de l’Unir/PS, les choses semblent aller vite: le principal dissident a visiblement choisi de quitter et donc il accepte en «tirer toutes les conséquences» comme le stipule le communiqué du patron de l’Unir/PS. C’est certain, plus d’un Burkinabè ont été surpris par cette ‘’affaire’’ Unir/PS.

Cependant, les signes annonciateurs se faisaient sentir depuis un bon moment. Déjà, avec la création du MPP, un des ténors du sankarisme, l’homme qui a eu la malchance d’être du groupe de détenus qui ont enterré le capitaine Thomas Sankara, le bien nommé Malick Yamba, a démissionné de l’Unir pour rejoindre le MPP.

Puis, sous la Transition, des bruits assourdissants se sont faits entendre sur la volonté de certains membres influents de l’Unir/PS dont Alexandre Sankara, de voir Maître Sankara passé la main. Il y a eu les élections. L’Unir/PS, qui espérait engranger les dividendes de l’insurrection menée en grande partie par ‘’les enfants de Thomas Sankara’’, a été désabusée par la maigreur de la moisson. Il neigeait sur le toit de la maison du parti de l’œuf, mais cela ne signifiait point qu’il n’y avait pas le feu dans la maison. Et voilà ce feu qui brûlait lentement a fini par être un incendie qui a cassé l’œuf entre Maître Sankara et Alexandre Sankara.

En examinant la nomenclature et surtout le sigle du nouveau parti dont la paternité est attribuée à Alexandre Sankara, on ne peut s’empêcher dans une analyse diacritique du sigle PUR (les Progressistes unis pour le renouveau), de faire une liaison avec la volonté du dissident de se purifier ou du moins de voir une ambition d’être ‘’sankariste pur-sang’’.

La question légitime qui vient à l’esprit est celle de savoir, qu’est ce qui est impur à l’Unir/PS? Qu’est-ce qui n’y tourne pas rond comme le symbole œuf?

Une amitié d’au moins 30 ans, comme l’avait dit Balladur, vient de se rompre. Un tel déchirement n’est pas sans conséquence et pour l’Unir et pour le PUR. Les anti-sankarisme vont avoir une fois de plus du grain à moudre en criant voilà «les héritiers de Thom Sank sont incapables de s’entendre sur l’essentiel, ils veulent tous être tête de rat que queue de lion». Tout le contraire du capitaine Thomas Sankara qui était l’humilité faite homme.

O. H.

Un commentaire

  1. A la convention des sankaristes de mai 2015 tenue au palais des sports de Ouaga2000 en présence de Mariam Sankara, il avait été convenu que le parti qui scellerait l’unité serait nommé parti unifié pour la renaissance (PUR) ou sankaristes unis pour la renaissance (SUR). Les amis de Alexandres n’ont fait donc réchauffer un plat déjà préparer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *