Accueil » Société » C’est reparti pour le farniente!

C’est reparti pour le farniente!

Les Burkinabè, lorsqu’ils vont déserter les bureaux ce vendredi soir, n’y remettront les pieds que le mercredi matin. Quatre jours de repos pour cause de fêtes.

logo-de-la-fete-de-lindependance

D’abord, la fête de l’indépendance (le 4 août 1960) que nous célébrons à la date anniversaire de la proclamation de la république (le 11 décembre 1958). Le mois d’août étant un mois très pluvieux avec le risque que les pluies perturbent ou empêchent la fête, les autorités de l’époque ont choisi de différer la célébration à décembre, période des récoltes avec des chances qu’il y ai à boire et à manger pour tous, donc bombance.

Donc, ce 11 décembre, le Burkina va célébrer le 56ème anniversaire de son accession à la souveraineté nationale et internationale. Ce sera le tour de Kaya, la capitale régionale du Centre-Nord, de recevoir les festivités, au nom de la célébration tournante de la fête dans les 13 régions du Burkina Faso. Déjà, à partir de cet après-midi, le président du Faso et tout l’exécutif déplaceront le centre du pouvoir à Kaya. Jusqu’au 12 décembre, lendemain de la fête, le président du Faso établira ses pénates dans la capitale du ‘’pays de l’or’’ (Sanmatenga, en langue nationale mooré).

Le 11 décembre, cette année, tombe sur un dimanche qui est un jour non-ouvrable au Burkina comme dans la plupart des pays du monde. Comme il est écrit dans les lois burkinabè que lorsqu’une fête légale tombe sur un jour non-ouvrable, le lendemain de cette fête est également non-ouvrable, le lundi 12 décembre, lendemain de la fête du 11 décembre, est non-ouvrable. Le lundi 12 décembre est donc journée chômée et payée sur toute l’étendue du territoire et dans les chancelleries burkinabè à l’étranger.

La fête musulmane du Maouloud, qui est une fête légale au Burkina Faso, sera célébrée dans la nuit du lundi 12 au mardi 13 décembre. Le 13 décembre sera donc non-ouvrable.

Ce qui fait que les journées du 10, 11, 12 et 13 décembre seront non-ouvrables, chômées et payées. Un long week-end donc pour voyager ou pour le farniente. Au Burkina Faso, nous travaillons peu; lorsqu’on y ajoute les jours de sit-in et de grèves intempestifs, le pays n’avance pas.

A la Noël et au jour de l’An également, il y a aura des jours de repos en plus, puisque le 25 décembre et le 1er janvier tomberont sur des dimanches.

Bonne fête à chacun selon sa fête.

Hidogo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *