Accueil » Société » Charte PREGEC au Burkina Faso: un comité national de veille citoyenne et parlementaire en place

Charte PREGEC au Burkina Faso: un comité national de veille citoyenne et parlementaire en place

La Confédération paysanne du Faso (CPF), en collaboration avec le ROPPA et le Secrétariat du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest (CSAO/OCDE) a organisé les 19 et 20 juin 2019 à Ouagadougou, un atelier de mise en place d’un comité national  de veille citoyenne et parlementaire sur l’application d’une charte  pour prévenir et gérer des crises alimentaires. A travers un point de presse tenu le jeudi 20 juin 2019 à ouagadougou, les organisateurs de cet atelier plaident pour la mise en application de cette charte dénommée « Charte PREGEC » au Burkina Faso.

Une vue des participants

Les 19 et 20 juin 2019 à Ouagadougou dans la capitale burkinabè s’est tenu, un atelier de mise en place d’un comité national  de veille citoyenne et parlementaire sur l’application  de la charte pour la prévention et la gestion des crises alimentaires (Charte PREGEC) au Burkina Faso. Organisé par la Confédération paysanne du Faso (CPF), en collaboration avec le ROPPA et le Secrétariat du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest (CSAO/OCDE), cet atelier a réuni au tour de la table les organisations paysannes (OP), les organisations de la société civile (OSC) et les organisations du secteur privé qui se sont engagés à interpeller les pouvoirs publics et leurs partenaires techniques et financiers sur le respect des engagements de la Charte PREGEC. Placé sous les auspices de la Confédération paysanne du Faso (CPF), il  a pour objectif  selon son secrétaire permanent, Issoufou Porgo de renforcer la connaissance des OP, des OSC, du secteur privé et des parlementaires sur les principes et engagements de la Charte PREGEC et les indicateurs de suivi et mettre en place un comité national de veille citoyenne et parlementaire sur l’application de la Charte PREGEC au Burkina Faso, y compris ses axes prioritaires d’intervention ainsi que les rôles et les responsabilités de ses membres.

Le secrétaire permanent du CPF, Issoufou Porgo

Cette initiative « est non seulement une plateforme nationale du ROPPA et point focal national du Cadre d’interpellation  mais aussi considérée comme un projet pilote, qui devrait à terme permettre aux 17 États membres de la CEDEAO, de l’UEMOA et du CILSS de se doter de ces comités nationaux » a dit le secrétaire permanent du CPF, Issoufou Porgo.Car une Charte pour la prévention et la gestion des crises alimentaires pour lui, est un code de bonne conduite qui décline les responsabilités et engagements des acteurs impliqués dans la prévention et la gestion des crises alimentaires. Aussi ne doutant point de ces engagements des uns et des autres , notamment sur le renforcement des systèmes d’information, des plateformes de dialogue, de coordination et cohérence des interventions qui  pour M.Porgo va apporter des  instruments de prévention et de réponse de cette charte.

Rôle des organisations paysannes, des organisations de la société civile  et du secteur privé

La photo de famille des participants et les autorités à l’ouverture de l’atelier

Signataires de la Charte PREGEC, les OP, les OSC et le secteur privé ont un rôle déterminant à jouer dans l’application des engagements de la Charte PREGEC à l’échelle régionale, nationale et locale. Leurs capacités de plaidoyer selon M. Issa Martin Bikienga,l’un des conférencier sont requises pour interpeler les pouvoirs publics et les partenaires techniques et financiers sur le respect des principes de la Charte. Pour mener à bien cette mission, dit-il,les OP, les OSC et le secteur privé doivent travailler avec les parlementaires. « Leur mission première est de légiférer sur les textes, y compris ceux impactant les systèmes alimentaires et la SAN et de façon générale, assurer une fonction de veille sur l’action gouvernementale » a-t-il ajouté.

Omar Idogo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *