Accueil » Mounafica » Chériff Sy, le remplaçant de Salif Diallo?

Chériff Sy, le remplaçant de Salif Diallo?

Des différents discours d’hommage à Gorba, on ne peut pas ne pas retenir celui de Zéphirin Diabré, le chef de file de l’opposition qui, entre parenté à plaisanterie Yadega-Bissa, a laissé entrevoir qu’il va manquer à la faune politique du Faso. Et pourquoi? Selon le chef de file de l’opposition, Salif Diallo aimait les intrigues, ce qui obligeait l’opposition à toujours rester vigilante. Cela Zéphirin l’aimait. Et comme lu, beaucoup de personnes pensent que le décès de Salif Diallo enlève du relief à la lutte politique.

Le Haut représentant du président du Faso, président du Conseil national de la Transition, Chériff Sy

Certains vont même très loin en affirmant que son parti, le MPP, est devenu ‘’pieds nickelés’’ car le grand concepteur n’est plus, le combattant acharné ne vit plus. Qui donc pour sauver les meubles et colmater les brèches?

En fouillant et refouillant, moi Mounafica, j’ai trouvé la carte remplaçante: il s’agit de Chériff Sy. Non pour la présidence de l’Assemblée nationale, car il n’a pas la qualité de député et officiellement il n’a pas pris la carte du MPP. Cependant, son poste de Haut représentant du chef de l’Etat qui semblait être une coquille vide, juste pour inaugurer des chrysanthèmes, se révèle aujourd’hui primordial. D’ailleurs, selon des sources, la fonction de Haut représentant aurait été imaginée par Roch pour refiler à son occupant les grosses bagarres qu’un président ne peut pas mener dans une démocratie. Il fallait donc trouver un ‘’acheteur’’ de bagarres et, avec les conseils de Gorba, le choix s’est porté sur Chériff Sy.

Aujourd’hui, avec la disparition de Salif Diallo, on peut penser que les intrigues et autres anticipations seront en mode pause. Que nenni! Le Haut représentant qui n’est pas moins dans les intrigues et autres ‘’ting-tang’’ politiques va très bientôt monter au créneau. Il n’aura pas qu’un rôle de fusible pour empêcher que les décharges électriques n’atteignent le président du Faso mais il sera aussi un distributeur de courant et même un démineur pour désamorcer les bombes, engins explosifs improvisés. Et cela pour celui qu’il représente et pour son groupe. Avec des «sy» on peut construire Rome, dit l’adage populaire.

Depuis la mort de Gorba, il y a des «si » qui trottent dans certaines têtes, comme «si» Simon avait su, il aurait brigué un mandat de député et le perchoir de l’Assemblée nationale allait lui revenir. «Si» Chériff avait déclaré son appartenance au MPP, il serait peut-être aujourd’hui patron de ce parti. Si je savais n’a malheureusement pas de fils.

Malgré tout, le Haut représentant sera obligé de retrousser ses manches car il est devenu presque le gardien du temple. Il fera du Gorba sans Gorba, à la manière Chériff Sy qui ne manque pas non plus de piquant. En plus, le Yatenga qui vient de perdre un fils retrouve un autre. L’enjeu est important car, à cause de Gorba, l’éléphant barrissait moins bruyamment au Yatenga; il faut donc maintenir le cap.

Un gros challenge pour Chériff, le fils du général Baba Sy.

Mounafica, tout œil tout ouïe!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *