Accueil » Gouvernance - Développement » CNSS: quand l’épouse, la nièce et le neveu du DRH sont admis au même concours, cela inquiète le syndicat

CNSS: quand l’épouse, la nièce et le neveu du DRH sont admis au même concours, cela inquiète le syndicat

«Nul n’est plus misérable que celui qui sait et ne dit pas», disait l’Abbé Pierre. Interpellé par cette pensée, la Coordination des comités CGTB de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) a décidé de se démarquer du processus «douteux» de recrutement externe du personnel au profit de la CNSS dont le tiers des admis a un lien familial avec des agents de la caisse. Au cours d’une conférence de presse animée, ce mercredi, elle a dénoncé cette forfaiture.

Les conférenciers ont dénoncé la gestion mafieuse du recrutement du personnel externe de la CNSS

En janvier dernier, la CNSS a demandé à l’Agence nationale pour l’emploi (ANPE) de présélectionner 850 candidats pour son compte. Les candidats qui ont tiré ‘’Oui’’ ont été retenus pour les épreuves qui ont eu lieu le 12 mai 2018. Après analyse des résultats qui ont été proclamés le 20 juin, les délégués syndicaux et du personnel ont constaté que sur les 85 postes, le tiers des admis a un lien de famille avec les agents de la Caisse.

Pire, souligne le secrétaire général adjoint de la Coordination, Justin Kienou, «nous avons décelé un conflit d’intérêt manifeste: l’admission de l’épouse, de la nièce et du neveu du directeur des ressources humaines (DRH), Norbert Zèda».

Pour les conférenciers, «nous ne nions pas le droit à qui que ce soit de participer, mais nous demandons que ça se passe dans les conditions de transparence et d’équité pour tous les Burkinabè».

De leur avis, il n’est pas possible d’être juge et partie à la fois, car c’est le DRH, Norbert Zèda, seul qui gère les sujets alors que dans d’autres entités, cette gestion est confiée à une commission.

Au regard de cette situation, la Coordination a rencontré le Directeur général le lundi 2 juillet pour lui faire part de ses inquiétudes. «Nous lui avons demandé que soit appliqué l’article 8 du statut du personnel qui stipule que l’enquête de moralité est obligatoire», a indiqué le secrétaire général de la Coordination, Seydou Koné.

A ces inquiétudes, dit-il, «la Direction générale nous a confié qu’elle a déjà programmé la prise de service pour le mardi 3 juillet car elle a besoin urgemment des ressources». Chose curieuse, selon les conférenciers qui ne comprennent pas. «Pourquoi la Direction générale a attendu jusqu’en juin après le lancement du test pour administrer les épreuves et se presser maintenant pour que les admis prennent service après que la proclamation soit faite?», s’est interrogé M. Koné.

Refusant d’être complice de cette situation «mafieuse», la Coordination exige que le Directeur général diligente une enquête pour montrer qu’il n’est pas un complice objectif de cette situation. «Nous espérons que les autres forces syndicales qui sont au niveau de la maison se joignent à la lutte que nous allons engager», a conclu M. Kiénou.

Madina Belemviré

4 commentaires

  1. Le Président du Faso doit ouvrir l’œil et le bon, s’il tient à sa crédibilité et partant à celle de ses amis et proches.

  2. Le DRH t son DG sont complices …………….vérifiez aussi pour la famille du DG ! Sacrés Africains !!!!

  3. Jaime bien lire ce journal

  4. Jean Gabriel Yaméogo

    Dans d’autres sociétés qui se respectent, à moins que deux agents célibataires s’y marient, après être rentré séparément, il est formellement interdit que mari et femme se retrouvent ensemble pour des raisons évidentes. En cas de conflit conjugal, la société peut en être affecté et en cas de plénitude, ce sont les complicités qui se tisseront en défaveur de la boîte. C’est ce qui se passe à la CNSS, à la faveur de ce recrutement, est un délit d’initiés avec conflit d’intérêt comme l’a souligné le syndicat. On a pourtant clamé après l’insurrection des 30 et 31 octobre 2014 que plus rien ne sera comme avant. Foutaises, le népotisme, la corruption, la gabegie, le clientélisme et que sais-je, ont repris droit de cité au Faso. A quand le changement véritable pour le bonheur des populations?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *