Accueil » Société » La CODEL lance ses activités pour une meilleure contribution à l’édification de l’Etat de droit au Burkina Faso.

La CODEL lance ses activités pour une meilleure contribution à l’édification de l’Etat de droit au Burkina Faso.

La Convention des organisations de la société civile pour l’observation domestique des élections (CODEL) a animé une conférence de presse ce jeudi  05 octobre 2017 à Ouagadougou. Objectif, informer l’opinion publique du lancement de ses activités de promotion des droits de l’homme, de suivi des politiques et du renforcement des capacités de ses membres pour une meilleure contribution à l’édification de l’Etat de droit au Burkina Faso.

le présidium lors de la conférence de presse

Après les élections historiques du 29 novembre 2015 caractérisées par leur transparence, leur  impartialité et leur acceptation par tous, l’échec du coup d’Etat du 15 septembre qui a révélé la capacité de résistance exceptionnelle et légendaire de notre peuple face à la manipulation institutionnelle, la tenue des élections municipales de 2016 et de 2017 a rapproché le peuple de l’Etat de droit. Malgré cela, la CODEL, héritière des lutte des OSC, a noté qu’après les élections, beaucoup reste à faire.

C’est pourquoi elle s’est mise au travail et participe à la construction de l’Etat de droit en œuvrant avec ses membres et ses partenaires à investir les plateformes de veille et de formation des citoyens.

les journalistes présents à la conférence de presse

Pour son président, Me Halidou Ouédraogo, l’une des faces de la CODEL c’est son «choix stratégique de la situation-Room» pour la surveillance domestique des élections. C’est une plateforme de partage d’informations entre les groupes de la société civile travaillant sur les élections pour renforcer la collaboration, le plaidoyer et rendre possible une réponse solide aux dysfonctionnements dans la gestion du processus électoral.

Au–delà de la surveillance électorale, l’autre action de la CODEL est la mise en place d’une plateforme de veille citoyenne comme «le Rochmètre et le Présimètre» a noté le vice-président de la CODEL, Daniel Da Hien. Pour lui, la CODEL, fédérant toutes ses forces avec de nombreuses OSC, arrive à constituer plusieurs sources d’informations, d’analyses, de réseaux et de compétences.

Me Halidou Ouédraogo, président de la CODEL, a terminé son propos en remerciant le partenaire technique et financier (DIAKONIA) et encourage la société civile à raffermir son engagement citoyen et de travailler à être une interface crédible entre la société et l’Etat de droit.

Omar Idogo, stagiaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *