Accueil » Logtoré » Cœur brisé a ses raisons que nous ignorons parfois

Cœur brisé a ses raisons que nous ignorons parfois

Deuil, stress, chagrin d’amour et douleur sont entre autres les responsables des crises cardiaques et des AVC. Une raison de plus pour apprendre à gérer nos émotions.

Le syndrome du cœur brisé

Le chagrin d’amour favoriserait la crise cardiaque

Un chagrin d’amour multiplie par le deux le risque de subir une crise cardiaque selon une nouvelle étude scientifique britannique.

Chez les personnes âgées, le deuil augmente le risque de faire une crise cardiaque et de subir un AVC selon les résultats d’une enquête publiée dans la revue spécialisée Journal of the American Medical Association (JAMA).

Selon les chercheurs de l’Université de Saint- George de Londres – qui ont mené leur étude sur 10 000 seniors -, 30 jours après le décès d’un conjoint, le risque de crise cardiaque est multiplié par 2 et celui de faire un AVC augmente de 2.4%. En revanche, ces deux taux redeviennent normaux dans l’année qui suit la perte du partenaire.

Le deuil facteur de stress intense

«Des études scientifiques ont révélé que le deuil et la douleur conduisent à une série de réactions physiologiques indésirables, y compris des changements dans la coagulation du sang, la pression artérielle, les niveaux d’hormones de stress et de contrôle de la fréquence cardiaque», a déclaré le Dr Sunil Shah de l’Université de Saint- George de Londres. «Tous ces éléments contribuent, selon lui, de manière plausible à un risque accru d’événements tels que les crises cardiaques et les AVC après la perte d’un partenaire».

Les recherches du cardiologue Dr Ilan Wittstein à l’hôpital John Hopkins évoquent un «syndrome du cœur brisé», également appelé cardiomyopathie due au stress. Ces études menées depuis 1999 sur le syndrome du cœur brisé montrent que cette pathologie touche essentiellement les femmes âgées de plus de 55 ans. «A l’âge du déclin hormonal, le cœur des femmes devient plus sensible au stress car il n’est plus protégé par les oestrogènes. Voilà pourquoi, finalement les seniors ont plus de risque de mourir d’un chagrin d’amour».

Le deuil favorise les comportements nuisibles

La douleur a aussi tendance à faire des ravages sur le quotidien. «Les personnes endeuillées peuvent être tellement perturbées qu’elles perdent leurs repaires au point d’oublier de prendre régulièrement leurs médicaments, d’arrêter de manger ou de boire. Elles ont aussi plus tendance à prendre moins soin d’elles. Elles se mettent à avoir des comportements nuisibles, comme trop manger ou trop boire» a déclaré le Dr Karol Watson, co-directeur de la cardiologie préventive de l’université de Californie à Los Angeles (UCLA). «Ces changements peuvent aussi augmenter le risque de crise cardiaque ou d’AVC.»

Informations rassemblées par Théophile MONE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *