Le collège des femmes de la Confédération paysanne du Faso célèbre le 8-Mars en différé - Les échos du Faso
Accueil » Société » Le collège des femmes de la Confédération paysanne du Faso célèbre le 8-Mars en différé

Le collège des femmes de la Confédération paysanne du Faso célèbre le 8-Mars en différé

Madame Sia/Yaro, vice-présidente du collège des femmes

Comme à l’accoutumée, cette année, la Confédération paysanne du Faso (CPF),a accompagné son «collège des femmes» dans la célébration de la journée internationale des droits de la femme. Objectif, donner l’occasion aux femmes rurales de s’exprimer à travers des plaidoyers et l’interpellation des pouvoirs publics et des partenaires au développement sur diverses préoccupations des femmes. Ce mercredi 14 mars à Ouagadougou, la CPF a organisé un atelier sous le thème: «Place et rôle des femmes dans la gouvernance du deuxième programme national du secteur rural». Il s’est agi de prendre connaissance des mesures et actions en faveur des femmes et des jeunes dans le deuxième Programme national du secteur rural (PNSR II).

Le 8-Mars 2018 a été célébré sous le thème: «La participation de la femme à la gouvernance: Etat des lieux, défit et perspective». Dans la même veine, le collège des femmes de la Confédération paysanne du Faso a décidé de mener sa réflexion autour du rôle des femmes dans la gouvernance du PNSR II.  Les femmes de cette association faîtière expliquent leur choix par le fait qu’elles estiment avoir été mises à l’écart lors de la célébration du 8-Mars dernier. Qu’à cela ne tienne, Madame Sia/Yaro, vice-présidente du collège des femmes, salue ce cadre de réflexion qui leur permet de mettre à nu les problèmes rencontrés par les femmes rurales et d’y trouver des solutions appropriées.

Les participantes à l’atelier

A titre d’exemple, elle a évoqué le problème d’accès à la terre. «La terre, dit-elle, ne nous appartient pas chez nos maris, ni chez nos parents. Nous sommes étrangères partout», déplore madame Sia/Yaro.

M Diallo Hibrahim, troisième vice-président de la Confédération paysanne du Faso

Fortes de ce constat, les femmes de la Confédération paysanne du Faso estiment qu’en zone rurale, la pauvreté a un visage féminin du fait des multiples problèmes de chômage, d’accès aux matériels de culture appropriés comme les tracteurs. C’est la raison pour laquelle le collège des femmes de cette structure a estimé nécessaire de rappeler aux femmes paysannes qu’elles ne sont pas des laissées-pour-compte.

L’atelier avait aussi pour objectifs spécifiques d’informer les participants sur le processus de prise en compte du genre dans la planification et la gouvernance du PNSR II, de projeter la veille citoyenne du volet genre du PNSR II par les membres de la campagne «cultivons» sous le leadership du collège des femmes de la confédération paysanne du Faso et de faire le point de la prise en compte dans le PNSR II des dix mesures de la campagne de plaidoyer des femmes rurales en faveur d’un Burkina sans faim.

M Diallo Hibrahim, troisième vice-président de la CPF, a saisi l’opportunité pour promettre aux femmes un rôle plus accru dans la gouvernance du PNSR II et au niveau des instances de décisions. Il a également promis de travailler à l’octroi des terres aux femmes et leur dotation en matériel de production. M Diallo dit avoir l’intime conviction que: «Cela va augmenter le pouvoir économique des femmes, et si le pouvoir économique des femmes augmente, c’est le Burkina qui gagne».

Hamadou Ouédraogo (stagiaire)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *