Accueil » Logtoré » La colopathie fonctionnelle (suite): la plupart des patients consultent entre 30-40 ans

La colopathie fonctionnelle (suite): la plupart des patients consultent entre 30-40 ans

La colopathie fonctionnelle encore appelée troubles fonctionnels intestinaux ou syndrome de l’intestin irritable est une affection fréquente qui se définit par la coexistence de douleurs abdominales chroniques. C’est une maladie assez fréquente qui concerne environ 15% de la population générale. Comment elle se manifeste ? Comment se fait le diagnostic? Comment la traiter ? Le docteur Lydie Sia Ouattara, hépato-gastrologue en service au CMA Paul 6 et à Schiphra apporte des éléments de réponse.

LEF : Comment se fait le diagnostic ?

Dr Lydie Sia Ouattara

Dr LSO : Le diagnostic est porté dans la tranche d’âge de 30 à 40 ans, cela veut dire que la plupart des patients viennent entre 30-40 ans. Et dans 20% des cas, la colopathie apparait après un épisode de gastro-antéro, c’est-à-dire une diarrhée, des vomissements qui déclenchent la maladie.

Le diagnostic c’est surtout clinique. C’est à l’interrogatoire que l’on va faire le diagnostic. Mais il faut savoir que la colopathie est une affection qui a  un diagnostic d’élimination. Il faut éliminer toutes les pathologies avant de dire qu’on a une colopathie. Le diagnostic se fonde sur les troubles digestifs, l’absence d’amaigrissement. On va faire d’abord tous les examens et biologique et morphologique pour essayer de diagnostiquer une affection organique. Si on se rend compte que tous ces examens sont normaux, en ce moment on pourra dire qu’on est face à une colopathie fonctionnelle.

LEF : Comment traiter cette maladie ?

Dr LS0 : Le traitement est très souvent décevant dans le sens qu’on obtient rarement une rémission durable. Mais au moins pendant les crises, le traitement permet d’éliminer les douleurs et d’améliorer la qualité de vie aussi bien physique que psychologique du patient. On utilise des antalgiques qui vont agir sur la sensibilité viscérale, les régulateurs de transit, les antis diarrhéiques, les laxatifs. On procède ensuite à la prise en charge psychologique des patients car le rôle du médecin va consister aussi à rassurer le patient afin de réduire son stress.

LEF : Quels sont les aliments à privilégier et ceux à éviter pour prévenir la colopathie fonctionnelle ?

Dr LSO : Il y a quelques années on donnait une liste d’aliments à éviter et à privilégier, mais ce n’est plus d’actualité. Les études ont montré qu’il n’y a aucun argument formel pour proposer d’exclure tel ou tel type d’aliments afin de soulager les symptômes. Ce qu’on fait, c’est de dire aux patients d’étudier les aliments qui leur déclenchent des symptômes et de les éviter.

Madina Belemviré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *