Accueil » L’impertinent » Le comble de l’incivisme

Le comble de l’incivisme

Caniveau obstrué par les gravats d’un chantier

A Ouagadougou, certaines personnes pensent qu’elles peuvent jouir inconsidérément de l’espace public et des rues. C’est ainsi qu’au mépris du droit des uns et des autres de pouvoir circuler librement, on installe à tort et à travers des barrières pour festoyer. Alors même que les lotissements ont prévu des réserves pour ce genre de jamborées. De toutes les façons, là où il n’y en n’a pas, des promoteurs ont créé des espaces dédiés aux cérémonies.

Le caniveau avait déjà été bouché en amont par d’autres travaux

Le comble de l’incivisme, c’est lorsque des citoyens obstruent des ‘’six-mètres’’ pour entreposer agrégats de construction, épaves de véhicules, bois de chauffe, etc.

Vue plus longue du caniveau

Dans ce cas-ci, il est question d’un quidam qui a bouché un caniveau avec la terre sortie d’un chantier. Et ça se passe à Ouaga 2000. Où allons-nous avec de telles façons de faire? Pendant que, non loin de là, à Lanoag-yiri, les volontaires du programme HIMO s’échinent à curer les caniveaux, ici, on jette la terre dedans, comme si on n’avait pas un cerveau pour réagir et voir que ça ne se fait pas.

La brigade montée à vélo de la Police municipale devrait reprendre ses tournées pour réprimander de tels comportements.

L’Impertinent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *