Accueil » Société » Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a lancé le concours régional du reportage humanitaire

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a lancé le concours régional du reportage humanitaire

La délégation régionale du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) à Abidjan a organisé ce 6 avril à Ouagadougou une conférence de presse pour porter à la connaissance des hommes de médias du lancement officiel du concours régional du reportage humanitaire. Des thématiques basées sur «La dignité de la personne détenue» ou encore «Mieux protéger le personnel médical et les patients lors des situations de violence», seront traitées par les hommes de média au cours de ce concours. L’objectif visé est de susciter l’intérêt pour les questions humanitaires au sein des médias en général et plus particulièrement dans les radios des pays francophones de la délégation du CICR basée à Abidjan.

Les hommes des médias présents à la conférence de presse
Le présidium lors de la conférence de presse

Le concours régional du reportage humanitaire concerne cinq pays que sont la Côte-d’ivoire, le Burkina Faso, le Bénin, la Guinée et le Togo. Le chef de mission CICR, M. Christian Munezero, explique que le contexte de ces cinq pays francophones membres de la délégation du CICR, est propice pour impliquer davantage les journalistes à être porteurs de thématiques telles que préserver la «dignité de la personne détenue» ou encore «mieux protéger le personnel médical et les patients lors des situations de violence.» La compétition a été lancée le 27 mars dernier à Abidjan et restera ouverte aux candidatures jusqu’au 25 mai 2018, délai de rigueur.

Le chef de mission CICR, M. Christian Munezero

Les journalistes sont alors appelés à rivaliser d’ardeur pour des productions radiophoniques (interviews, reportages, débats, etc.) qui auront été diffusées sur les antennes radios pour lesquelles ils travaillent. À la question de savoir pourquoi la compétition est circonscrite à la seule production radiophonique, M Munezero précise que le concours a voulu atteindre une plus large cible, en particulier les populations des zones reculées qui utilisent plus la radio pour s’informer. Il faut préciser que pour cette première édition, les organisateurs comptent intégrer toutes les productions qui auront été diffusées depuis le 25 mai 2017.

En organisant un tel concours, les organisateurs disent être convaincus que les journalistes peuvent et doivent contribuer, à travers des reportages, des articles, des productions, à l’amélioration de conditions de vie des détenus et à faire préserver un minimum d’humanité face à la violence contre le personnel de santé. Pour un souci de conformité, les productions seront uniquement faites en français.

Hamadou Ouédraogo (stagiaire)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *