Accueil » Politique » Commémoration des 30 ans de la disparition de Thomas Sankara: ce que l’UNIR/PS veut faire

Commémoration des 30 ans de la disparition de Thomas Sankara: ce que l’UNIR/PS veut faire

 

Autour du thème général «L’influence des révolutions et du sankarisme en particulier sur les mouvements sociaux au Burkina Faso», les militants de l’Union pour la renaissance/parti sankariste (UNIR/PS) entendent commémorer le 30è anniversaire posthume de Thomas Sankara. C’est du moins, ce qu’ils ont annoncé ce vendredi 29 septembre à Ouagadougou, au cours d’une conférence de presse.

Présidium lors de la conférence de presse avec Samdpawende Ouédraogo (milieu), Dr Adama Derra (droite)

A l’occasion, le président du comité d’organisation des activités entrant dans le cadre de cette commémoration du 15 octobre 2017, Samdpawendé Ouédraogo était entouré du Secrétaire général du parti Dr Adama Derra, et du 3è vice-président Romain Conombo. Aux dires de Samdpawendé Ouédraogo, la commémoration du 15 octobre est devenue un rituel qui est observé tous les ans par des partis d’obédience sankariste en collaboration avec des organisations de la société civile. Un rituel qui, de l’avis de Dr Derra, a permis au fil des ans d’inculquer en la jeunesse, des idées qui les ont galvanisés dans leur élan de contrer Blaise Compaoré qui avait affiché sa volonté de patrimonialisation du pouvoir d’Etat.

Le 15 octobre prochain, cette commémoration prendra en compte les 50 ans de la disparition de Ché Guevara, ainsi que les 100 ans de la Révolution bolchévik. Ce qui, précise-t-il, permet «à la fois de perpétuer leur héritage et de disséminer leurs pensées et leurs actes» au sein particulièrement de la jeunesse burkinabè et africaine.

Dans ce sens, l’UNIR/PS en collaboration avec l’ambassade du Cuba dans notre pays prévoit d’organiser entre autres, une exposition de photographies, de livres divers retraçant la vie et l’histoire des luttes menées par Ché Guevara et Thomas Sankara, des panels sur les sources révolutionnaires ayant forgé les convictions du père de la Révolution burkinabé et sur la contribution de Ché Guevara à l’aboutissement de la Révolution cubaine. La jeunesse pourra ainsi, espèrent les organisateurs de ces activités, «puiser à la source des pensées et des actions de ces grands révolutionnaires qui sont des modèles de vie.»

Et dans le cadre de l’exigence insistante de justice pour Thomas Sankara, les militants de l’UNIR/PS effectueront au cours de la matinée du 15 octobre, une marche qui devra les conduire au palais de justice de Ouagadougou. A l’UNIR/PS, l’on clame qu’il «faut maintenant» rendre justice au père de la Révolution d’août 1983, «mais et surtout travailler inlassablement à une véritable alternative» à même de donner au peuple burkinabé «sa dignité, son honneur et son bonheur qui ont été le leitmotiv du combat politique» de Thomas Sankara.

Paangui Parè

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *