Accueil » Société » Commune de Pô: la mairie échange avec les tenanciers de débits de boissons et kiosques

Commune de Pô: la mairie échange avec les tenanciers de débits de boissons et kiosques

Le présidium avec le deuxième adjoint au maire en complet 2eme à partir de la gauche

Le mercredi 28 février la mairie de Pô a organisé une rencontre d’échanges avec les tenanciers de buvettes, kiosques et bars. Cette rencontre, présidée par le deuxième adjoint au maire, Jacob A PETIRA entouré du secrétaire général de la mairie et du responsable communal de l’assainissement, a connu la présence de plusieurs gérants de débits de boissons.

 

L’objectif de cette rencontre, pour le deuxième adjoint au maire, était d’échanger avec les vendeurs de boissons et de repas sur la loi 09-79 du 07 juin 1979 portant ouverture de maquis et buvettes. Selon lui, cette loi fixe les conditions d’ouverture et la liste des documents qu il faut fournir à cette occasion. Il a ajouté qu’il existe aussi un arrêté du maire sur les nuisances sonores qu’il a portées à la connaissance des participants.

Quelques tenanciers de débits de boissons présents à la rencontre

Ce secteur constitue une branche économique importante pour le développement de la commune de Pô. Il est donc nécessaire que le conseil municipal échange avec ces responsables, a-t-il dit.

Quant au secrétaire général de la mairie, cette rencontre permet d’accorder les violons sur cette question qui est souvent source de mésententes entre la mairie et les tenanciers de boissons. Pour lui, ces dispositions législatives règlementent ce secteur et chacun doit s’y conformer.

Pendant deux heures, les participants ont levé toutes les inquiétudes sur leurs activités et ont promis de respecter la législation en vigueur pour le développement. Notons aussi que cette rencontre a connu la présence du commandant de la Police municipale de Pô et de certains responsables des services municipaux. Rappelons que la ville de Pô est réputée pour ses nombreux kiosques qui se trouvent pratiquement dans chaque coin de rue avec une vente d’alcool de qualités très douteuses et de stupéfiants de toutes sortes nuisant considérablement à la santé des populations.

Jean AOUE

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *