Accueil » Société » Commune de Pô: les sœurs dominicaines ne partiront plus

Commune de Pô: les sœurs dominicaines ne partiront plus

Le mardi 24 septembre 2019 la population de Pô protestait contre l’affectation des sœurs dominicaines. Des centaines d’hommes et femmes ont manifesté contre ce qu’elles ont qualifié d’injuste en empêchant le véhicule transportant les bagages des religieuses de quitter la cour. Ils ont adressé une correspondance au père évêque  du diocèse de Manga dont relève la paroisse de Pô. Celui-ci leur a répondu favorablement en acceptant de surseoir à cette décision. Nous avons obtenu une copie de cette réponse.

Une vue des fidèles protestants la mutation des soeurs

Dans sa réponse datée du 26 septembre 2019 Monseigneur Gabriel SAYAOGO, évêque de Manga,  a dit qu’il respecte les personnes  car ce sont leurs bénédictions provenant de Dieu qui l’accompagnent dans sa vie. Celui-ci a reconnu qu’il a reçu Sa Majesté Pô Pê venu en personne le voir et lui a dit de rentrer tranquillement parce que sa demande sera prise en considération. Avant  le chef de Pô, c’étaient les OSC et la communauté chrétienne qui sont allées voir l’évêque  et il leur a promis de donner une suite favorable à leur requête. Selon l’évêque, le cardinal lui a envoyé un prêtre avec qui ils ont échangé sur les modalités du pardon. “Nous avons arrêté  que  le  pardon  serait  donné  la veille  du  jour choisi par les sœurs  pour leur départ   pour  montrer que quand  tu demandes  pardon, jusqu’ à la dernière minute, il ne  faut  jamais  désespérer” a déclaré le premier responsable du diocèse. Monseigneur SAYAOGO a conclu  qu’avant le mouvement d’humeur, ” j’avais décidé de donner le  pardon. C’est en cela que je me montre serviteur de Jésus Christ “.

Après cette réponse, nous avons  fait un tour à la paroisse de Pô et avons remarqué la réouverture du dépôt pharmaceutique et la reprise de certaines activités des sœurs dominicaines. Le porte-parole des manifestants, Kisito ADAH, a dit sa gratitude à Monseigneur SAYAOGO pour cette grandeur d’esprit en pardonnant les sœurs dominicaines.  Seulement, il a affirmé  qu’il s’inscrivait  en faux contre la déclaration de l’évêque selon laquelle le curé de la paroisse de Pô n’avait pas été informé du déménagement des sœurs le 28  septembre 2019 car la remise des clés a été décidée de commun accord. Quelle que soit la  gravité de la faute commise, Dieu a toujours dit de pardonner a terminé monsieur ADAH.

Et notre démarche auprès des sœurs  et des responsables pour savoir les raisons de leur mutation a été vaine. Personne n’a accepté se prononcer sur cette décision.

 Jean Aoue

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *