Accueil » Gouvernance - Développement » Commune de Siglé: le Conseil municipal fait le bilan de ses activités à ses administrés

Commune de Siglé: le Conseil municipal fait le bilan de ses activités à ses administrés

La loi dispose que le Conseil municipal doit rendre compte de ses activités menées à la population qui l’a mandaté. C’est en s’inscrivant dans ce devoir citoyen et légal que le Conseil municipal de Siglé, commune rurale située dans la province du Boulkiemdé (région du Centre-Ouest), a organisé le samedi 27 avril 2019, sa journée de redevabilité, troisième du genre. Une rencontre avec les administrés qui lui a permis de faire le point des activités menées en 2018 et de dégager les perspectives pour cette année 2019.

le Conseil municipal a rendu compte de ses activités menées en 2018

Rendre compte aux populations des activités menées par la commune au cours de l’année 2018 et échanger avec elles sur leurs préoccupations. C’est à cet exercice que le Conseil municipal s’est adonné samedi dernier en présence du Haut commissaire et des élus locaux.

Du bilan global, il ressort que dans le domaine de la santé, la commune a assuré le service de fonctionnement de l’ensemble des six CSPS en les dotant de carburant, de produits pharmaceutiques, du nécessaire pour travailler. «Nous avons également réfectionné deux maternités», a confié le maire de la commune de Siglé, Bertin Ouiya.

Dans le domaine de l’éducation aussi, poursuit-il, la commune a construit des salles de classe au post primaire, doté  les inspections de matériels, de motos, d’ordinateurs afin de leur permettre d’être efficace. «Nous avons assuré la cantine scolaire, payé les fournitures scolaires pour les élèves et doter les écoles du nécessaire pour travailler», a souligné M. Ouiya.

Le maire de la commune de Siglé, Bertin Ouiya

Dans le domaine hydraulique, trois forages ont été réalisés au cours de l’année 2018. D’une manière globale, a assuré Bertin Ouiya, «nous avons fait ce qui devait être fait pour que les différents services puissent fonctionner».

Consciente de l’importance des femmes et des jeunes dans le développement d’un pays, la commune de Siglé a instauré des cadres de concertation à travers les comités villageois de développement avec les principaux concernés. «C’est avec eux que nous planifions les investissements, les dépenses…», a confié Bertin Ouiya.

Toutefois, il a fait remarquer que la commune a rencontré des difficultés dans la mobilisation des ressources relatives notamment à la grève des financiers. Malgré que ces derniers n’étaient pas en grève contre  les communes, cela les a quand même impacté puisqu’ils ne font pas de recouvrement. «Depuis le début de l’année jusqu’à maintenant, nous n’avons pas fait de recouvrement. On a perdu 4 à 5 mois», a-t-il noté.

Les femmes et les jeunes occupent une place dans le plan d’action de la commune

Néanmoins, il a relevé que la principale faiblesse de la commune reste l’absence d’investissements structurants, créateurs d’emplois. Mais, il garde quand même de l’espoir, car dit-il, «le gouvernement nous a annoncé le Programme d’appui au développement local (PADL) pour 357 millions et dans ce cadre nous avons des investissements structurants, nous avons prévu la construction de marché, d’abattoir et autres pour pouvoir créer de l’emploi».

A ce propos, il a rappelé que pour 2019, la commune s’est déjà dotée d’un plan de développement afin de créer des emplois pour les femmes et les jeunes. «Nous avons prévu de faire trois périmètres maraîchers avec l’appui du PADL et d’autres investissements sont en cours pour permettre de créer des emplois», a-t-il rassuré tout en invitant la population à s’impliquer dans la vie de la commune car c’est pour leur propre développement. «Ils savent où vont les sous et s’ils constatent qu’il y a une dépense qui n’est pas à leurs yeux conformes, ils peuvent le relever», a-t-il conclu.

Madina Belemviré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *