Accueil » Mounafica » Communication gouvernementale: le ministre d’Etat Simon Compaoré doit revoir sa copie

Communication gouvernementale: le ministre d’Etat Simon Compaoré doit revoir sa copie

Depuis un certain temps, l’homme qui débute ses activités entre 3 et 5 heures du matin avait disparu des écrans de télévision et des ondes radios. Selon les informations recueillies par Mounafica, il était reparti en Occident pour le suivi de ses soins. Evidemment, il en a profité pour se reposer. Son absence a été remarquable parce que certaines de ses déclarations et prises de position qui contribuent à mettre le feu aux poudres avaient cessé.

Le ministre d’Etat, ministre de la Sécurité intérieure, Simon Compaoré

Voilà que Simon Compaoré signe son retour en créant une crise avec les chauffeurs routiers du Burkina. Il doit apprendre à se maîtriser et à ne pas donner son avis sur tout. On a vu comment il a géré le phénomène koglweogo. Ses communications sur les attaques terroristes étaient catastrophiques.

Après plus de 30 ans de gestion de la chose politique, Simon n’a pas changé. Pourtant, les périodes ont évolué. L’homme politique d’aujourd’hui est différent du leader CDR de la période révolutionnaire. Il devrait apprendre de ses erreurs, à défaut de prendre sa retraite de la gestion publique. Se consacrer à la vie de son parti lui irait mieux, domaine dans lequel il a des aptitudes indéniables.

Le poste qu’il occupe est très stratégique et des compétences ne manquent pas dans le parti au pouvoir et au sein de l’administration publique ou privée. Des compatriotes sont dans le système des Nations unies en tant qu’instructeurs des services de police dans les pays qui ont connu des crises. Des techniciens qui peuvent servir le pays si on leur fait confiance.

Dans la situation de Tenkodogo, Simon aurait dû se contenter de parler comme un homme d’Etat: «Nous déplorons ce qui s’est passé. De la même manière, nous condamnons la violence sous toutes ses formes; nous condamnons le non-respect de la loi. Nous travaillerons de sorte à éviter des situations pareilles».

Mounafica, tout œil tout ouïe!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *