Accueil » Main courante » La Compagnie générale des entreprises (CGE) accusée d’escroquerie

La Compagnie générale des entreprises (CGE) accusée d’escroquerie

La coalition des entrepreneurs du projet de construction sous-traitante du CHR de Ziniaré a tenu, ce 18 septembre 2018, une conférence de presse à Ouagadougou pour dénoncer ce qu’elle qualifie d’abus de confiance et d’escroquerie. Des entrepreneurs des petites et moyennes entreprises visiblement dans le désarroi car «endettés jusqu’au cou» étaient face à la presse ce matin. Ils disent être sur le point de tout perdre suite à la sous-traitance avec l’entreprise CGE qui, «de main de maître, a abusé de notre confiance pour ensuite modifier les termes du contrat nous liant en pleine exécution des travaux».

Le présidium lors de la conférence de presse

Tout serait parti de la signature de contrat d’exécution de travaux de construction du CHR de Ziniaré. Selon Dieudonné Ilboudo, porte-parole des sous-traitants, «l’entreprise CGE nous a proposé de signer des contrats de sous-traitance où il y avait un devis, mais sans le plan de construction. Nous avons tous demandé à voir le plan avant de signer car un devis ne peut pas se baser sur le néant. Pour la plupart d’entre eux, il leur a été dit que le plan est en reprographie et qu’ils pouvaient faire confiance. M. Ilboudo ajoute que toutes les petites entreprises à l’époque ne pouvaient pas se douter qu’une entreprise de la renommée de CGE pouvait essayer d’abuser de leur confiance. «Ce fut un engagement fort intéressant au début avec des promesses de clarté, d’éthique. Mais cet enthousiasme de départ va vite s’effriter car «la société CGE va nous amener à prendre des cautions et des engagements financiers dans des banques de la place pour l’exécution des travaux sur le terrain», raconte Dieudonné Ilboudo. C’est après cela, ajoute-t-il, que s’en sont suivies des modifications radicales d’accords initiaux, ce qui les a mis dans une situation d’arrêt de travail, parce qu’endettés jusqu’au cou.

Les journalistes présents à la conférence de presse

Aussi, la coalition des entrepreneurs du projet de construction sous-traitante du CHR de Ziniaré, par la voix de son porte-parole, estime que «de la contrainte à la régie en passant par des mises en causes de nos avenants sur le matériel demandé, à la modification de nos contrats en cours de travaux, nous avons été trompés simplement».

Hamado Ouédraogo, dont l’entreprise avait en charge la construction de la pharmacie et du magasin de la pharmacie, dit être en passe de perdre les quelques 120 millions qu’il avait déposés à la banque comme caution. Dans le regret, il dit avoir tenté depuis plus d’une année de voir le PDG de l’entreprise CGE pour discuter et trouver une solution à l’amiable. Celui-ci ajoute qu’il voulait même se faire justice à sa façon avant de demander aux plus hautes autorités de se pencher sur leur problème et de mener des enquêtes afin de leur dire si oui ou non il y a préjudice.

Hamadou Ouédraogo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *