Accueil » Politique » Composition du nouveau gouvernement du Burkina Faso

Composition du nouveau gouvernement du Burkina Faso

Composition du nouveau gouvernement du Burkina Faso nommé par le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, sur proposition du Premier ministre, Paul Kaba Thiéba.

Le président du Faso
                       Le président du Faso

 

Paul Thiéba Kaba, le nouveau Premier ministre
      Le Premier ministre

Ministre de la Défense nationale et des anciens combattants
Roch Marc Christian Kaboré

 

Ministre d’Etat ministre, ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Sécurité intérieure
Simon Compaoré

Ministre des Affaires étrangères, de la Coopération et des Burkinabè de l’extérieur
Alpha Barry

Ministre de la Justice, des Droits humains et de la Promotion civique, Garde des sceaux
Bessolé René Bagoro

Ministre de l’Economie, des Finances et du Développement
Adissatou Rosine Coulibaly/Sori

Ministre de la Fonctions publique, du Travail et de la Protection sociale
Clément Pegdwendé Sawadogo

Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation
Filiga Michel Sawadogo

Ministre de l’Education nationale et de l’Alphabétisation
Jean Martin Coulibaly

Ministre de la Santé
Soumaïla Ouédraogo

Ministre de l’Agriculture et des Aménagements hydrauliques

Jacob Ouédraogo

Ministre de l’Eau et de l’Assainissement
Gnougou Ambroise Ouédraogo

Ministre des Infrastructures
Eric Wendenmanegha Bougouma

Ministre de l’Energie, des Mines et des Carrières
Alpha Oumar Dissa

Ministre des Transports, de la Mobilité urbaine et de la Sécurité routière
Souleymane Soulama

Ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat
Stéphane Sanou

Ministre des Ressources animales et halieutiques
Somanogo Koutou

Ministre du Développement de l’Economie numérique et des Postes
Aminata Sana/Congo

Ministre de la Jeunesse, de la Formation et de l’Insertion professionnelle
Jean-Claude Bouda

Ministre de la Femme, de la Solidarité nationale et de la Famille
Laure Zongo/Hien

Ministre de la Communication et des Relations avec le Parlement
Rémis Fulgance Dandjinou

Ministre de l’Urbanisme et de l’Habitat
Maurice Dieudonné Bonané

Ministre de l’Environnement, de ‘Economie verte et du Changement climatique
Batio Bassière

Ministre de la Culture
Tahirou Barry

Ministre des Sports et Loisirs
Tahirou Bangré

Ministre déléguée auprès du ministre de l’Economie, des Finances et du Développement chargée du Budget
Edith Clémence Yaka

Ministre déléguée auprès du ministre des Affaires étrangères, de la Coopération et des Burkinabè de l’extérieur chargée de la Coopération et des Burkinabè de l’Extérieur
Rita Solange Agneketom/Bogoré

Secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Femme, de la Solidarité nationale et de la Famille chargée des Affaires sociales, des Personnes vivant avec un handicap et de la Lutte contre l’exclusion
Yvette Dembélé

Secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie, des Finances et du Développement chargée de l’Aménagement du territoire
Pauline Zouré

Secrétaire d’Etat auprès du ministre d’Etat, ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Sécurité intérieure chargé de la Décentralisation
Alfred Gouba

Secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation chargé de la Recherche scientifique et de l’Innovation
Urbain Coulidiaty

Un commentaire

  1. Voici « notre lettre de mission » destinée au nouveau ministre de la santé Monsieur Soumaïla Ouédarogo : vous savez que le ministère de la santé a été contrôlé de bout en bout depuis des lustres par François Compaoré par l’intermédiaire de ses sous fifres que sont Alain Yoda et Saidou Bougma notamment. Vous devez dissoudre toutes les institutions bidons créées par François Compaoré pour siphonner les finances du ministère de la santé. Qu’on le veuille ou non la dissolution de la direction des infrastructures, des équipements et de la maintenance (DIEM) est un acte antinational et antipatriotique préjudiciable au pays. Vous devez la remettre immédiatement en place pour assurer notamment la maintenance des équipements médicaux. Voyez vous-même, un pays pauvre comme le Burkina Faso qui utilise les appareils médicaux comme des consommables. C’est-à-dire, on achète un équipement médical, il tombe en panne, on l’abandonne et on achète un autre : c’est cet état de fait que Madame la secrétaire générale du ministère de la santé a déploré récemment en disant qu’au Burkina Faso, l’achat à outrance des équipements médicaux prime sur leur maintenance. Cette situation est très déplorable et doit être corrigée urgemment par vous en tant que ministre post insurrection populaire qui doit gommer tout ce qui sent de la compaorose au sein de ce ministère. Que Dieu sauve le Burkina.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *