Conférence de presse de la Procureure Maiza Sérémé: les terroristes projetaient d’attaquer des cibles d’importance courant mois de juin - Les échos du Faso
Accueil » Défense-Sécurité » Conférence de presse de la Procureure Maiza Sérémé: les terroristes projetaient d’attaquer des cibles d’importance courant mois de juin

Conférence de presse de la Procureure Maiza Sérémé: les terroristes projetaient d’attaquer des cibles d’importance courant mois de juin

La Procureure Sérémé et ses collaborateurs

La Procureure du Faso près le Tribunal de grande instance de Ouagadougou saisie des événements de la nuit du 21 au 22 mai 2018 était face à la presse cet après-midi du 22 mai afin de livrer des éléments d’informations sur l’affaire.

Les présumés terroristes abattus et interpelé le 22 mai dernier dans le quartier Ragnongo de Ouagadougou sont quatre individus de nationalités burkinabè et malienne. Ils avaient loué la villa pour 3 mois payés cash au bailleur. L’individu qui a joué les intermédiaires aurait dit qu’il la voulait pour un frère. Ils occupaient la villa depuis le 10 mai seulement.

Le cerveau du groupe, Sawadogo Abdoulaye, jouait les recruteurs. Il formait les recrues au Mali et voulait instaurer le djihad au Burkina parce qu’il considérait que les populations vivent comme des cafres.

Les malfrats abattus sont  deux Burkinabè, Ouédraogo Youssouf et Sawadogo Abdoulaye alias Abdallah. L’autre est un Malien du nom de Sandra Malick. Le ‘’rescapé’’, Malien également, dit s’appeler Cissé Mohamed. Le groupe projetait des attaques dans le mois de juin sur des cibles importantes à Ouagadougou.

Sawadogo Abdoulaye est impliqué dans l’attaque de la gendarmerie de Samorogouan le 9 octobre 2015. Il fait également partie du groupe terroriste démantelé à Kilwin (Ouagadougou) le 23 octobre 2016.

En rappel, les éléments de l’Unité spéciale d’intervention de la Gendarmerie nationale ont lancé, dans la nuit du 21 au 22 mai 2018 dans le quartier de Ragnongo situé dans la banlieue Est de Ouagadougou, une opération d’interpellation de présumés terroristes. Le bilan de l’assaut fait état de 3 terroristes ‘’refroidis’’ et d’un capturé. Côté Force de défense et de sécurité, on déplore la mort du MDL-C Ouédraogo François de Salle des suites de ses blessures. Quatre autres gendarmes et deux civils ont été blessés.

Le matériel récupéré est composé de 2 fusils de type AK47 (kalachnikov), un fusil mitrailleur PKMS, 2 pistolets automatiques, un revolver, 1 097 cartouches de 7.62 et 9 mm, 28 chargeurs pour fusils AK 47, des pains plastiques, des clous, des cordons détonants, des détonateurs, des grenades, des tenues militaires burkinabè et françaises, des appareils et du matériel de communication.

Plusieurs plaques d’immatriculations de motos et d’autos, un vélomoteur, une motocyclette, un véhicule de marque Nissan Almeira du même type que celui qui a été utilisé contre l’Etat-major général des armées le 2 mars ont été découverts.

Ces terroristes et ceux du 2 mars appartiennent au même Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans.

Madina Belemviré et Hidogo

 

DOCUMENT: DÉCLARATION LIMINAIRE DE MADAME LE PROCUREUR DU FASO LORS DE SON POINT DE PRESSE SUR LES EVENEMENTS DE LA NUIT DU 21 AU 22 MAI 2018 A RAYONGO

Depuis les attentats du 02 mars 2018 contre l’Etat-major Général des Armées et l’Ambassade de France au Burkina Faso, une équipe d’investigation des services de renseignements de la Gendarmerie Nationale et de la Police Nationale, des services de police judiciaire et l’Agence National de Renseignement a été mise en place. Le travail de cette équipe d’investigation a permis d’identifier la planque des présumés terroristes dans une mini villa dans le quartier Rayongo de l’Arrondissement n°11 de Ouagadougou.

Après avoir vérifié et confirmé l’information, une opération d’interpellation a été organisée dans la nuit du 21 au 22 mai 2018 et exécutée par l’Unité Spéciale d’Intervention de la Gendarmerie Nationale (USIGN). Les individus, qui étaient au nombre de quatre (04) retranchés dans leur maison, ont refusé d’ouvrir leur porte après sommation ; au contraire, ils ont directement ouvert le feu. Il s’en est suivi des échanges de tirs nourris entre les éléments de l’USIGN et les occupants de la cour, qui ont duré jusqu’au petit matin avec un bilan de trois assaillants abattus, un capturé, un décès des suites de blessures du Maréchal des logis-chef OUEDRAOGO François de Salle de l’USIGN et six (06) blessés dont quatre (04) gendarmes et deux (02) civils.

Mon parquet abritant le Pôle judiciaire spécialisé dans la répression des actes de terrorisme a immédiatement ouvert une enquête de flagrance pour association de malfaiteurs terroristes, assassinats, tentative d’assassinats, vols aggravés, détention illégale d’armes à feu et de munitions le tout en relation avec une entreprise terroriste et pour financement du terrorisme.

Des constatations matérielles sur les lieux ont permis la découverte d’un véritable arsenal de guerre composé de deux (02) fusils de type AK47, un fusil mitrailleur PKMS, deux (02) pistolets automatiques, un (01) revolver, mille quatre-vingt-dix-sept (1097) cartouches de 7,62 et 9 mm, vingt-huit (28) chargeurs pour fusil AK47, des pains plastiques, des clous, des cordons détonants, des détonateurs, des grenades, des tenues militaires de l’armée burkinabè et de l’armée française, des appareils et du matériel de communication.

Plusieurs plaques d’immatriculation de vélomoteurs et de voitures, une motocyclette et un vélomoteur, un véhicule de marque Nissan Almeira du même modèle que celui utilisé contre l’Etat-major Général des Armées le 02 mars 2018 ont été découverts.

Les premiers éléments de l’enquête font ressortir que les quatre individus qui occupaient la villa depuis le 10 mai 2018, sont de nationalité burkinabè et malienne. Les burkinabè OUEDRAOGO Youssouf et SAWADOGO Abdoulaye alias Abdallah ont été abattus ; la troisième personne abattue, de nationalité malienne se nommerait SANDRA Malick ; la personne interpellée, de nationalité malienne également s’est présentée sous le nom de CISSE Mohamed.

De même il est établi qu’ils projetaient une attaque dans la capitale, courant mois de juin 2018 contre des cibles importantes.

Il faut souligner que le cerveau présumé du groupe, en la personne de SAWADOGO Abdoulaye alias Abdallah est impliqué dans l’attaque de la Brigade Territoriale de gendarmerie de Samorogouan du 09 octobre 2015. Il fait aussi partie du groupe de terroristes, démantelé dans le quartier de Kilwin le 23 octobre 2016.

L’enquête révèle également un lien entre les occupants de la villa et les assaillants des attaques terroristes du 02 mars 2018. Ils appartiendraient au même groupe terroriste (Al Mourabitoun, un des groupes terroristes composant le Groupe de Soutien à l’Islam et aux Musulmans (Nusrat al-Islam Wal-Muslim).

Une des plaques d’immatriculation trouvée dans la villa est celle du vélomoteur utilisé dans l’attaque de l’Etat-major Général des Armées. Une autre plaque saisie dans la même villa renvoi à un véhicule aux caractéristiques identiques à celui de marque Nissan Almeïra qui a explosé au sein de l’Etat-major Général des Armées.

Il faut préciser également que pour des vérifications d’identité, plusieurs personnes (une trentaine) ont été maintenues à la disposition de la police judiciaire.

Nous tenons à féliciter nos Forces de défenses et de sécurité et nos services de renseignements pour le travail abattu et invitons par conséquent la population à une saine et franche collaboration avec les différents services impliqués dans la lutte contre le terrorisme et la criminalité organisée.

Nous nous inclinons devant la mémoire du Maréchal des logis-chef OUEDRAOGO François de Salle, présentons nos condoléances à la famille éplorée et souhaitons prompt rétablissement aux blessés.

Je vous remercie

2 commentaires

  1. Dakio Mathieu Sien

    Tous unis le Burkina est vainqueur. Dieu est au commande .

  2. Dakio Mathieu Sien

    Tous unis le Burkina est vainqueur. Dieu est au contrôle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *