Accueil » Gouvernance - Développement » Conférence sur le système de rémunération des agents de l’Etat: pour refonder le contrat social dans la justice et l’équité

Conférence sur le système de rémunération des agents de l’Etat: pour refonder le contrat social dans la justice et l’équité

Le présidium à l’ouverture de la conférence

Le Premier ministre, Paul Kaba Thiéba, a présidé la cérémonie d’ouverture de la conférence des forces vives de la Nation sur le système de rémunération des agents publics dans la matinée de ce mardi 12 juin dans la salle de conférences de Ouaga 2000. Cette conférence, une première au Burkina, a pour objectif général de parvenir à un mécanisme garantissant une gestion équitable et soutenable des rémunérations des agents publics de l’Etat et permettant la recherche de l’apaisement social et l’accroissement de la productivité publique. Elle se tient du 12 au 14 juin 2018.

Une vue partielle des participants à la conférence des forces vives de la nation

Le 31 décembre 2017 lors de son message de fin d’année, le président du Faso avait annoncé au peuple burkinabè sa décision de reformer le système de rémunération des agents publics de l’Etat pour rendre compatible la masse salariale aux contraintes budgétaires du pays. Pour donner suite à cela, le gouvernement avait annoncé la tenue d’une conférence nationale qui regroupera des représentants des forces vives de la nation.

En effet, ce mardi 12 juin 2018 marque l’ouverture officielle des travaux de cette conférence avec la participation de cinq (5) centrales syndicales et de 21 syndicats autonomes.

Olivier Guy Ouédraogo, le porte-parole des syndicats participants

Le porte-parole des syndicats, Olivier Guy Ouédraogo, souhaite que «cette conférence soit très ouverte et sans tabou afin de résoudre définitivement l’épineuse question de l’inégalité du traitement salarial des agents publics de l’Etat et permettre la mise en place de mécanisme pour l’amélioration continue et anticipatrice des conditions de vie de l’ensemble des travailleurs du Burkina Faso».

Pour le Premier ministre, «trouver ensemble une solution globale et durable aux inégalités dans le traitement des agents publics est nécessaire car les revendications tous azimuts enregistrées dans tout le pays constituent une entrave à la cohésion sociale». Outre cet objectif principal, il y a la réforme de notre Fonction publique qui est recherchée.

Dans ce sens, la conférence compte s’appuyer sur trois principes majeurs à savoir «l’équité et la justice, la soutenabilité des finances publiques et la solidarité». C’est pourquoi Paul Kaba Thiéba estime que convier toutes les forces vives autour de cette question fonde l’espoir de «bâtir une administration plus efficace au service des usagers». Pour cela, a-t-il reconnu, il faudra «renégocier avec l’ensemble des acteurs, un nouveau contrat social qui prenne en compte les aspirations profondes de notre peuple, tout en motivant les travailleurs». Car c’est seulement à ce prix que nous pourrons parvenir à une gouvernance plus vertueuse de nos ressources.

Le Premier ministre a donc «invité les partenaires sociaux et les autres composantes de la Nation à un dialogue constructif pour parvenir à un compromis historique».

Omar Idogo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *