Accueil » Politique » Congrès du NTD: le bureau politique national retient la deuxième semaine du mois d’avril

Congrès du NTD: le bureau politique national retient la deuxième semaine du mois d’avril

Le Bureau politique national (BPN) du Nouveau temps pour la démocratie (NTD) a validé samedi au cours de sa première session de l’année 2018, les propositions des différentes commissions mises en place pour définir la date du prochain congrès du NTD. Ainsi, la deuxième semaine du mois d’avril a été retenue par le BPN.

Le BPN du NTD a retenu la deuxième semaine du mois d’avril pour le congrès du parti

Il y a deux mois de cela, le bureau politique national du NTD a mis en place des commissions qui devaient faire des propositions sur l’organisation du prochain congrès. Cette présente réunion a consisté donc selon le président du parti, Vincent Dabilgou, à valider les propositions de ces différentes commissions. C’est donc la deuxième semaine du mois d’avril qui a été retenue pour le prochain congrès qui va offrir l’occasion aux congressistes de pouvoir débattre librement et de donner la vision que le NTD a pour le Burkina Faso. «Je suis satisfait parce que l’ensemble des commissions ont eu leur mandat pour continuer le processus», s’est réjoui Vincent Dabilgou.

Les participants à la rencontre

Il faut noter que cette rencontre a aussi servi de cadre aux militants du parti de présenter leurs vœux au président. Pour cette année 2018, a souhaité le premier vice-président du BNP, Palguim Sambaré, «nous devons être comme du rock, soudés autour de notre Etat-major opérationnel pour que d’ici 2020, nous soyons à même de construire un groupe parlementaire, que nous ayons au minimum 10 députés».

A ce propos, Vincent Dabilgou a renchérit en invitant les militants à travailler pour que le parti ne se divise pas. Pour cela, soutient-il, «nous devons améliorer nos relations entre nous, parce que nous voulons avoir un NTD où les hommes, les maires, les cadres du parti, les conseillers municipaux se parlent. Que quelqu’un ne soit pas isolé à cause d’un intérêt égoïste, que quelqu’un ne soit pas isolé parce qu’il ne se sent pas considéré».

A l’entendre, si un militant pense que la ligne du parti qui consiste à soutenir le président du Faso n’est pas la bonne ligne, «qu’il ait le courage de poser la question et on va débattre».

Par ailleurs, à propos des rumeurs faisant cas d’une mésentente entre lui et l’ancien ministre des Transports, le président du NTD a répondu: «Il n’y a pas un problème entre moi et Soulama. Je n’ai pas fait la force à Soulama pour prendre un poste, c’est à l’intérieur du parti que nous avons décidé de faire une modification pour nous permettre de pouvoir engranger de nouvelles victoires beaucoup plus conséquentes et permettre au parti d’être plus visible».

Madina Belemviré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *