Accueil » Coopération-Diplomatie » Coopération: l’AFD et l’Union Européenne signent une convention de financement avec le Burkina

Coopération: l’AFD et l’Union Européenne signent une convention de financement avec le Burkina

Ce 12 mars 2019, le ministre de l’économie des finances et  du développement M. Lassané Kaboré a procédé à la signature de convention de financement avec la France à travers l’Agence Française de Développement (AFD) et l’Union Européenne. Il s’agit d’une  convention relative au financement du projet régional d’interconnexion électrique « Dorsale Nord » et du projet d’agriculture contractuelle et transition écologique. Ladite cérémonie qui s’est déroulée dans les locaux du MINEFID a connu  la présence des ministres de l’Energie et celui de l’Economie, des finances et du développement (MINEFID), l’Ambassadeur de France dans notre pays, M Xavier Lapeyres DE Cabanes, du directeur de l’AFD M. Tanguy Denieul ainsi que l’ensemble de leurs collaborateurs.

une poigné de main entre le ministre et les partenaires après la signature

Pour le premier projet «  dorsale nord », c’est, une convention de financement de 30 milliards de FCFA qui a été accordés au peuple burkinabè. Ce Projet régional d’interconnexion électrique « Dorsale Nord » a fait l’objet de deux signatures de convention entre le Gouvernement burkinabè et l’Agence française de développement (AFD). Il s’agit pour l’une des signatures, d’un engagement financier de 45 millions d’euros, soit environ 30 milliards de FCFA de la France et de l’Union Européenne et d’un prêt d’un montant de 30 millions d’euros, soit 19,7 milliards de FCFA pour l’autre.

Pour le ministre de l’Energie, Bachir Ouédraogo ce projet s’inscrit dans l’objectif d’interconnexion électrique de tous les pays de la CEDEAO. Ainsi l’objectif est de « généré un marché régionale d’électricité afin de rendre le coût du Kilowatt moins chère dans des pays comme le Burkina Faso ».

le ministre de l’Energie, Bachir Ouédraogo

C’est ce qu’a laissé entendre le ministre burkinabè de l’énergie. Ce projet s’inscrit dans le cadre du système d’Echange d’Energie Electrique Ouest Africain (EEEOA) dont le coût global à l’échelle régionale est estimé à près de 600 millions d’euros a-t-il expliqué. Avant d’ajouter<<Le projet prévoit la construction de 800 km de lignes très haute tension de Birnin Kebi (Nigéria) à Ouagadougou (Burkina Faso) en passant par Niamey (Niger) avec une bretelle de raccordement au réseau béninois dans la localité de Malanville>>. Selon le ministre Bachir Ouédraogo, le projet « dorsal nord » répond aux choix stratégiques du Gouvernement de promouvoir le mix énergétique en s’appuyant d’une part, sur les importations d’énergies à travers les interconnexions régionales et d’autre part sur les énergies renouvelables.

Le deuxième financement, qui est celui du projet d’agriculture contractuelle et transition écologique (PACTE) a pour objectif de promouvoir la croissance et la diversité de l’offre de produits transformés de qualité, de la part des opérateurs des filières agricoles et répondre ainsi aux besoins et exigences des marchés nationaux, régionaux et internationaux.

une vue des deux parties à la cérémonie de signature

Le ministre de l’économie des finances et du développement s’est dit réjoui de cette signature de convention qui vient appuyer le gouvernement burkinabè dans ses efforts de développement. Il a par ailleurs salué l’amitié entre les Etats membre de l’Union Européenne avec le Burkina d’une part et l’amitié entre le peuple burkinabè et le peuple français d’autre part. Justement à ce propos, l’ambassadeur de France au Burkina M Xavier De Cabanes, justifie cet accompagnement en cela que le « Burkina est un partenaire important de la France, donc pour nous, il est important de soutenir le Burkina dans ses efforts de développement » a-t-il conclu.

Hamadou Ouédraogo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *