Accueil » Société » Crise à la société minière de Belahouro: les employés dénoncent le «je m’en foutisme du PDG»

Crise à la société minière de Belahouro: les employés dénoncent le «je m’en foutisme du PDG»

Face à la presse vendredi, les employés de la Société des mines de Belahouro (SMB), en arrêt de travail depuis mai 2017, ont dénoncé les conditions de vie et de travail de plus en plus délétères d’une part et la gestion de la mine d’Inata par la société BALAJI d’autre part.

Les travailleurs de la SMB ont dénoncé le « je m’en foutisme du PDG »

Cela fait déjà 18 mois que la société minière a fermé ses portes, laissant les employés sans salaire et sans aucune mesure d’accompagnement. Fustigeant le «je m’en foutisme» du président directeur général, Abdoul Tambouraun, le représentant des employés de la mine a dévoilé qu’à la date d’aujourd’hui, la mine n’a pas repris service quand bien même il y a production d’or. Selon ses explications, à la reprise de la mine par le PDG du groupe BALAJI, ce dernier a fait déployer sur le site, le 2 juin dernier, un service minimum dans le but de restaurer les équipements et viabiliser les sites d’hébergement du personnel. L’espoir de démarrer les activités avec tous les travailleurs dont l’effectif est évalué à 629 était donc né. Mais, au lieu de cela, déplore-t-il, la mission de ce service minimum a été déviée pour une production frauduleuse d’or. La preuve, avance-t-il, « deux sorties frauduleuses d’or ont été déjà organisées dont la plus récente a été saisie par la BI\Douane pour une quantité de 63,700 kilos, estimé à près d’un milliard de F CFA ».

Ces sorties, à entendre les conférenciers, ont été planifiées par le PDG lui-même avec la complicité des membres du comité de crise, foulant du pied la législation en vigueur au Burkina Faso.

Réagissant sur les aspects sécuritaires, les travailleurs ont pointé du doigt la négligence du PDG pour qui l’escorte est superflue.

Revenant donc sur l’enlèvement de son fils daccompagné d’un expatrié et du chauffeur, les conférenciers ont soutenu que ce n’est pas la première fois que le PDG sort sans escorte. « On ne peut pas comprendre qu’un PDG avec la Gendarmerie sur les lieux se déplace sans escorte ».

Sans confirmer que les trois qui ont été enlevés transportaient de l’or, « on pourrait penser qu’ils avaient de l’or avec eux ».

Il faut rappeler que depuis 2012, la mine d’Inata est sujette à des crises à répétitions. Sentant leurs droits bafoués, les travailleurs de la Société des mines de Belahouro, par la voix d’Idane Kiba, restent ouverts au dialogue. Pour une sortie de crise, ils proposent: l’exécution de la sentence arbitrale; la liquidation des droits légaux des travailleurs; la satisfaction des attentes des employés; la régularisation des conditions sociales; le renforcement du dispositif sécuritaire en vue de la reprise effective des activités; l’implication des autorités publiques dans la résolution de ce conflit.

Belemviré Madina

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *