Accueil » Coopération-Diplomatie » Cuba : 64è anniversaire de Révolution célébrée à Ouagadougou

Cuba : 64è anniversaire de Révolution célébrée à Ouagadougou

Réunis à l’Ambassade de Cuba au Burkina Faso, Cubains et Burkinabè ont célébré dans la soirée du 26 juillet 2017, le 64è anniversaire de l’assaut à la caserne de Moncada; un assaut constitutif d’événement de grande signification historique car ayant marqué le début de la lutte du peuple cubain pour l’indépendance et la souveraineté.

Luis Yasel Munoz Batte, consul et 3è secrétaire à l’Ambassade du Cuba au Burkina

C’est le 26 juillet 1953 qu’a débuté véritablement la lutte armée dirigée notamment par Fidel Castro et qui a permis de renverser le pouvoir dictatorial du président Fulgencio Batista. Le 26 juillet 2017 marque donc le 64è anniversaire de cette lutte héroïque et victorieuse du peuple cubain. Et comme d’habitude, cet anniversaire n’est pas passé inaperçu à l’Ambassade de Cuba à Ouagadougou. En effet, il a été célébré en toute liesse.

Député Rossan Noël Toé, président du Groupe d’amitié Cuba-Burkina Faso

A l’occasion, Luis Yasel Munoz Batte, consul et 3è secrétaire à l’Ambassade du Cuba au Burkina, a rappelé que son pays et celui des Hommes intègres entretiennent des relations de coopération depuis 1975. Précision à l’appui, «mais c’est avec le président Thomas Sankara que ces relations ont été renforcées». A ce jour, cette coopération rayonne particulièrement en matière de santé et de sport.

Dans le cadre de cette coopération, plus de 20 médecins cubains de différentes spécialités interviennent dans des centres de santé au Burkina Faso. C’est du moins, ce qu’a confié M. Batte qui a également laissé entendre, «nous allons poursuivre le processus de renforcement de nos relations historiques» en contribuant «au développement des secteurs de la santé, de l’éducation et du sport».

La question des Burkinabè formés à Cuba s’est invitée

Cette cérémonie de célébration de date historique, le président de l’Association de solidarité et d’amitié Cuba-Burkina Faso, Latino-américaine (ASAC-BF/AL), Stanislas Damiba, en a vu l’occasion toute trouvée pour interpeller les autorités de notre pays par rapport à la situation des étudiants burkinabè formés à Cuba. A en croire M. Damiba, ce sont 600 étudiants burkinabè qui ont été formés à Cuba dans 38 domaines différents dont le génie civil, l’économie, la médecine, l’agronomie.

Mais les diplômes obtenus au pays de Fidel Castro ne sont toujours pas reconnus au Burkina. Conséquence, ces diplômés sont majoritairement au chômage, avec seulement 263 intégrés dans la Fonction publique mais qui «ont un problème d’avancement, parce que leur diplôme n’est pas reconnu». Le poids avilissant du chômage a fini par avoir raison fatale sur 54 d’entre eux, selon Stanislas Damiba qui dit inviter le gouvernement à se pencher sérieusement sur leur situation en reconnaissant au moins, leurs diplômes.

Photo de famille, Cubains et Burkinabè
Stanislas Damiba, président de l’Association de solidarité et d’amitié Cuba-Burkina, Latino-américain

Le président du Groupe d’amitié Burkina Faso-Cuba promet…

Présent à cette cérémonie commémorative de la Révolution cubaine, le député Rossan Noël Toé, président du Groupe d’amitié Burkina Faso-Cuba, a été invité par M. Damiba à interroger le gouvernement sur la situation de ces Burkinabè formés à Cuba. Ce problème, dira le député Toé, «nous en avions discuté de par le passé avec l’Ambassadrice et le président de l’Association de solidarité et d’amitié Cuba-Burkina Faso». Mais, promet-il, «Nous allons prendre le dossier, pour essayer d’approcher le gouvernement en vue de voir dans quelle mesure on pourrait travailler à régler le problème, même si c’est de façon progressive. On va également essayé de travailler en partenariat avec Cuba pour voir ce qui est possible» d’être fait.

A noter que les Groupes d’amitié créés au sein de la Représentation nationale s’activent pour le renforcement de la collaboration entre le Burkina Faso et d’autres pays. Il en existe une quarantaine sous la présente législature. Avec Cuba, précise le député Noël Toé, «le Groupe d’amitié essaie de voir dans quels domaines nous pouvons renforcer notre collaboration, et de prospecter de nouveaux domaines de collaboration dans une dynamique réciproquement avantageuse et durable».

Paangui Parè

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *