Accueil » Economie-Finances » Dépenses publiques au Faso: le boost pour plus de transparence

Dépenses publiques au Faso: le boost pour plus de transparence

Ouagadougou a abrité, le lundi 16 mars 2015, un atelier d’information sur l’outil boost au Burkina Faso. Cet atelier, organisé par la Banque mondiale, a été ouvert par la représentante résidente de cette institution au Burkina Faso, Mercy Tembon, et le Secrétaire général du ministère de l’Economie et des Finances, Justin Nikièma.

La représentante résidente de la BM (à droite) et le SG du MEF (cravate)
La représentante résidente de la BM (à droite) et le SG du MEF (cravate)

Le Burkina Faso veut booster des informations liées à ses dépenses publiques. Pour ce faire, il a demandé et obtenu de la Banque mondiale (BM), la mise à disposition d’un outil qui offre une base de données détaillées sur les dépenses publiques. Le Boost, c’est de cet outil qu’il s’agit, contient, selon la représentante résidente de la BM au Burkina Faso, Mercy Tembon, des données (ligne par ligne), des dépenses de chaque entité du budget de l’Etat. Ces données, qui seront fournies par le gouvernement, sont ensuite, a-t-elle expliqué, transformées sous une forme simple d’utilisation, facile à comprendre et pour des analyses détaillées. A ce titre, le Boost facilite, a soutenu Mercy Tembon, l’accès, la compréhension et l’utilisation du budget de l’Etat par les citoyens, la société civile, les chercheurs et participent à la réalisation de l’objectif de transparence et l’amélioration du dialogue entre le gouvernement et ses partenaires.
Ainsi, «l’application du Boost aura l’avantage d’éclairer les contribuables sur l’utilisation des impôts collectés et l’amélioration du civisme fiscal, base essentielle pour l’atteinte d’une croissance inclusive au Burkina Faso et pour la réduction de la pauvreté» a déclaré la représentante résidente de la BM. A l’en croire, Boost a été expérimenté avec succès dans plusieurs pays comme le Niger, le Togo, l’Ouganda, le Kenya, la Namibie.

Une vue des participants à l'atelier
Une vue des participants à l’atelier

Au Burkina Faso où cet outil est en passe d’être utilisé pour favoriser la transparence dans la gestion du budget, c’est le ministère de l’Economie et des Finances (MEF) qui assurera la maîtrise d’ouvrage. Ce ministère abritera, utilisera et diffusera l’information budgétaire auprès de tous les autres acteurs, a précisé Mercy Tembon. Celle-ci a encouragé fortement l’élargissement de l’accès et de l’utilisation de cet outil au niveau des régions pour mieux accompagner le processus de la décentralisation à travers une déconcentration budgétaire effective.
Ce message a été reçu par le Secrétaire général du MEF, Justin Nikièma. Pour lui, l’utilisation du Boost contribuera à favoriser la vulgarisation des informations sur les dépenses de l’Etat en vue de rendre compte au contribuable.
Même conviction pour le formateur de la BM, Yemdaogo Tougouma, Burkinabè basé au siège de la BM à Washington. Afin de permettre une meilleure appropriation de Boost, celui-ci a développé au profit des participants à l’atelier, le contexte de préparation de l’outil marqué par le besoin de comprendre et d’accès à l’information budgétaire par les acteurs budgétaire. Le Burkina Faso dispose, a-t-il indiqué, d’une stratégie de renforcement de la gestion des finances publiques dont l’un des volets reste l’amélioration de la transparence. Plusieurs systèmes d’information sur les finances publiques existent avec des interfaçages, mais leur fonctionnement rencontre, a-t-il déploré, des difficultés. Le Boost contribuera à améliorer, a-t-il affirmé, la redevabilité du gouvernement vis-à-vis des citoyens et des contribuables. «Avec Boost, le citoyen a accès à l’information budgétaire. Ce qui contribue à améliorer les relations entre le gouvernement et les citoyens» a confié Yemdaogo Tougouma.
Cette rencontre a permis aux participants de se familiariser avec l’outil qui sera expérimenté au Burkina Faso avec une appellation qui reste à être déterminée.
Saïdou Zoromé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *