Accueil » Gouvernance - Développement » Dépôt par erreur de vivres à l’arrondissement 11: la version du maire Ibrahim Maré

Dépôt par erreur de vivres à l’arrondissement 11: la version du maire Ibrahim Maré

Le maire de l’arrondissement 11 de Ouagadougou, Ibrahim Maré, entouré de ses collaborateurs, a animé un point de presse ce lundi 23 avril 2018. Cette rencontre avait pour objectif de donner des explications à l’opinion publique sur l’affaire de vivres déposés dans son arrondissement puis ramenés vers d’autres destinations. Récit d’un bras de fer politico-administratif autour des denrées alimentaires destinées aux personnes vulnérables.

Le maire de l’arrondissement 11, Ibrahim Maré
Le présidium lors de la conférence de presse

Tout a commencé le mercredi 11 avril 2018. Un camion du Conseil national de secours d’urgence (CONASUR) a déposé vingt-sept (27) tonnes de vivres dans l’arrondissement 11 de Ouagadougou. 48h après cette réception, soit le vendredi 13 avril, les mêmes personnes qui ont déchargé les vivres sont revenues pour les ramasser, s’excusant au passage d’une «soit disant erreur». Pour ne pas longtemps s’opposer à la restitution, le maire de l’arrondissement demande des explications au responsable du CONASUR. Des explications qui ne lui parviendront finalement que le mardi 17 avril 2018 des agents de la Direction régionale du ministère de la Femme. «Des échanges, nous leur avons fait comprendre que les arguments avancés n’étaient pas convaincants. Qui plus est, les personnes nécessiteuses avaient déjà été convoquées et attendaient de recevoir l’aide», a révélé M. Maré.

Les journalistes présents à la conférence de presse de l’arrondissement 11

Le mercredi 18 avril, «Nous avons pris acte de la mise en demeure d’une correspondance de Mme la ministre de la Femme de la Solidarité nationale et de la Famille. Par voie d’huissier, elle nous a sommés de remettre les vivres, faute de quoi nous sérions accusés de détournement de vivre et poursuivis en justice».

«Attaché à la transparence et à une gouvernance vertueuse, se défend le maire Ibrahim, nous n’avons pas voulu associer notre nom à une rocambolesque histoire de détournement de vivres. Nous avons donc pris acte de la mise en demeure, et avons autorisé la remise des vivres».

Manœuvres politiques?

Si le ministère de la Femme, de la Solidarité nationale et de la Famille parle d’un «incident clos», le maire et ses collaborateurs évoquent «une manœuvre politique en défaveur des habitants de l’arrondissement 11». A les écouter, les agents de la CONASUR ont fait leur travail dans le respect de la neutralité du service public. Ils pensent par contre que tout a été tramé par la ministre Laurence Marshall Ilboudo qui a vu dans cette affaire une opportunité politique à saisir. L’équipe de la mairie de l’arrondissement 11 a même évoqué l’existence «d’une liste parallèle de personnes vulnérables que détiendrait madame la ministre». Ils insinuent qu’«avec cette liste, elle pourrait faire distribuer les vivres aux militants MPP, à ses proches et connaissances, dans le but de récolter des dividendes politiques aux élections à venir». Cette affaire de vivres est donc devenue une affaire politique. Dossier à suivre.

Omar Idogo

Un commentaire

  1. Voici un maire dangereux qui a voulu utiliser cette erreur de livraison très clair pour vouloir nous noircir les esprits et nous opposer à ceux qui ont voulu bien livrer ces vivres

    Monsieur le Maire ,vous êtes dangereux pour la cohésion sociale !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *