Accueil » Lu, vu, entendu » «Désolé madame, j’épouse mon portable», d’Ezin Pierre Dognon

«Désolé madame, j’épouse mon portable», d’Ezin Pierre Dognon

Des marionnettes sans âme, ni volonté à la merci des marionnettistes. C’est le fil conducteur de ce recueil de 75 pages d’Ezin Pierre Dognon paru en France aux éditions Nouvelles. Le jeune auteur Béninois nous invite au travers des pages de ce chef d’œuvre à nous identifier dans les différents personnages afin de guérir les infirmités de notre âme et de notre esprit.

L’auteur Ezin Pierre Dognon …

Né en 1989 à Magoumi en République du Bénin, Ezin Pierre Dognon a d’abord fait des études en communication et relations internationales avant de se spécialiser dans le domaine culturel, notamment en management de la musique, des festivals et du patrimoine. Avec un goût très poussé pour la valorisation de la culture, il poursuit ses études dans ce domaine en France. Ezin Pierre Dognon a également la passion pour l’écriture depuis son jeune âge. Déjà, il est l’auteur de plusieurs «Nouvelles» dont «Lettre à l’inconnu» et «Maintenant, je vais boire».

…et son œuvre

Ses Nouvelles trempent tantôt dans les réalités béninoises et imbibent tantôt dans celles de la France.

«Désolé Madame, j’épouse mon portable», plonge le lecteur dans le monde qui est le sien et de sa relation ou sa dépendance avec le portable. «Cette chose des Blancs» inventée pour établir une communication entre les Hommes partout dans le monde.

L’Homme est-il une marionnette pour le portable comme le personnage qui affirme lors d’une réunion familiale que «mon portable m’accorde parfois plus de bonheur que manger à table ou faire l’amour (P20)»? La question est posée à chaque lecteur même si l’on note dans ce récit empreint d’imagination, d’humour et de créativité que l’auteur se préoccupe du désastre qu’engendrent les portables dans le mariage.

«Avant, c’était la présence de belle-mère qui brisait le foyer. De nos jours, le nid d’amour se détériore précocement pour des peccadilles comme le portable (P16)». Mais, Pierre Dognon pointe le doigt sur les conséquences du divorce qui, en Europe, est comme un jeu jouissif pour les avocats spécialisés. «Le divorce, lui ne le conseillerait à personne parce qu’après, il est difficile se reconstruire. Le procès fini, les avocats passent à autre chose, les juges aussi mais il n’est jamais évident pour les conjoints de gommer cette page de leur livret de vie (P21)».

L’auteur conclut son récit en reconnaissant que l’Homme est une marionnette pour le téléphone portable.

Aussi revient-il à chaque lecteur de prendre des dispositions pour ne pas être aussi manipulable à souhait. Ainsi, le mérite de ce jeune écrivain Béninois aura été de donner vie aux mots pour guérir les maux.

Théophile MONE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *