Accueil » Economie-Finances » Les dessous des accords secrets avec le gouvernement et les syndicats du MINEFID

Les dessous des accords secrets avec le gouvernement et les syndicats du MINEFID

En 2017, les syndicats du ministère de l’Economie, des Finances et du Développement (MINEFID) ont signé des protocoles d’accord avec le gouvernement. A chaque fois, ils ont pris le soin de refuser de dévoiler le contenu de ces accords. Sur la base d’une petite investigation, voici ce que regorgent ces accords en termes de gains.

Signature de  »l’accord secret » entre le gouvernement et le SATB

C’est peu de dire que les agents du ministère de l’Economie, des Finances et du Développement (MINEFID) sont les mieux payés de la Fonction publique. La moyenne des revenus annuels de ces agents fait d’eux des privilégiés. Il suffit de cumuler les salaires avec l’ensemble des avantages qu’ils perçoivent dans l’année pour se rendre compte qu’ils sont mieux rémunérés que les magistrats. Dans les détails, voici ce que gagne un agent des Impôts, du Trésor ou de la Douane.

La Direction générale du Trésor et de la Comptabilité publique (DGTCP) bénéficie du fonds commun qui fait objet d’un débat national ces temps-ci. Outre le fonds commun, ils bénéficient d’une prime de rendement allouée aux administrations financières. Une véritable arnaque parce que cette prime est payée sur la base des recettes recouvrées. Alors que les contribuables viennent eux-mêmes verser ces recettes.

L’agent du Trésor bénéficie de son salaire mensuel pour justement recevoir les recettes des contribuables. La plus grande arnaque se trouve dans la création, en 2017, de la prime sur les produits financiers au profit des agents du Trésor. Cette prime est assise sur la totalité des intérêts créditeurs des comptes du Trésor dans les banques et des gains de changes sur les transferts effectués par le Trésor en devises sur la période au titre de laquelle elle est due. Alors, pourquoi ont-ils un salaire?

Les agents de la Direction générale des Impôts (DGI) ont aussi un fonds commun distribué trimestriellement. Ce fonds est alloué de manière discriminatoire, que l’on soit un agent sorti de l’Ecole nationale des régies financières (ENAREF) ou que l’on vienne d’un autre corps de la Fonction publique.

En dehors du fonds commun, ils bénéficient de 2 types de primes de rendement dont l’un est payé sur les performances de recouvrements pour le Budget national et l’autre sur les recouvrements au profit des budgets des collectivités.

Enfin, ils bénéficient, depuis 2017, du fonds de lutte contre la fraude financé par les pénalités. 75% de ce fonds sont reversés aux travailleurs des impôts au titre de leur stimulation à la lutte contre la fraude, suivant une périodicité trimestrielle.

Les plus heureux sont les agents de la Direction générale des Douanes. Outre le fonds commun, ils se partagent le prélèvement sur les produits des amendes et confiscations recouvrées par l’administration douanière. Cette prime est en vigueur depuis 9 février 1963. En réalité, 25% de la valeur du produit saisi revient au douanier. Lors d’une conférence de presse, Mathias Kadiogo, le secrétaire général du syndicat des douaniers, a laissé entendre que le fonds commun de la Douane date de 1963. Il s’agit en réalité des primes sur les produits confisqués et non le fonds commun.

En plus, les douaniers bénéficient des primes issues de l’affectation des intérêts et pénalités perçus dans le cadre de la gestion des crédits d’enlèvement en douane. Enfin, les douaniers ont aussi une prime de rendement.

Les agents des Finances ont également un fonds commun. Lors des négociations en 2017, l’indexation, les montants et le mode opératoire du fonds commun alloué aux agents ont été revus à la hausse. Actuellement, le fonds commun des agents de ce ministère est très consistant. Ce qui n’est pas du goût des autres agents du ministère, puisque les financiers ne font pas de recouvrement.

Comment un agent des Impôts, du Trésor ou de la Douane peut-il exiger une prime de rendement, alors qu’il est assis dans un bureau et encaisse l’argent des contribuables qui viennent d’’eux-mêmes payer leurs impôts? Son salaire lui est versé pour ce travail. Quel est l’apport particulier de cet agent lorsqu’une société X vient déclarer et payer son impôt sur les sociétés ou la TVA? Comment exiger un fonds commun sur l’impôt sur les salaires, dont la retenue s’opère sur les salaires des travailleurs?

Il est inconcevable que lorsqu’un importateur dédouane lui-même sa marchandise, l’agent de la douane exige une prime de rendement alors qu’ici son rôle se limite à délivrer une quittance.

Les agents du MINEFID doivent comprendre qu’ils ne sont qu’au bout de la chaîne pour collecter les impôts et taxes. Il a fallu que d’autres agents comme ceux des ministères du Commerce, des Mines, etc. s’investissent pour créer le cadre dans lequel évolue les entreprises qui paient ces impôts.

Adoua Kassiro

7 commentaires

  1. Je suis sidéré abasourdi si jamais le gouvernement ne trouve pas une solution c’est parti pour donner la force à l’incivisme ! Par ce que la majeure partie des gens connaissait l’existence d’un fond commun mais on ignorait que ce fond là était exorbitant à ce point nous suivons sa de près je croix qu’une action forte du gouvernement va déterminer lui même sa crédibilité il ne peu pas y avoir dans un pays deux poids deux mesurs on peut comprendre des aventages mais pas à ce point là si le gouvernement ne tape pas du point sur la table ils aura des problèmes pou gérer ce pays

  2. Kililililililili!ii Kaossé

  3. Ces revendications s’apparentent à mon sens à la sorcellerie. Mais qu’il sachent que tout est vanité sur ce bas-monde

  4. Arrêtez de vous exciter les gars. C’est de bonne guerre pour les financiers de vouloir préserver leur niveau de vie. Justement le fameux statut sécurisant est exigé pour légaliser et pérenniser ces deals, tout en continuant à faire des affaires (certains n’ont-ils pas été épinglés?). Rien qu’à revoir certains de ces deals mafieux et le train de vie de l’Etat, la santé financière du pays se porterait mieux. Mais là, on fait dans la démagogie en voulant créer une commission inutile qui ne va parvenir à rien, puisqu’on ne peut diminuer aucun salaire, c’est-à-dire aucun « net à payer ». La majorité des travailleurs attendent sagement pour le moment. De ce qui va se passer va dépendre la quiétude et la tranquillité dans ce pays. Si le gouvernement avait eu le courage de taper sur la table dès le début, la lutte aurait changé d’orientation et on n’en serait pas là.

  5. Allez vers l’information et surtout la vraie

  6. Je pense que les agents de l’économie et les gouvernements qui se sont succédés jusqu’à ce sont d’intelligence pour mettre ce pays à genoux! Que chacun revoit sa copie pour qu’on avance vers l’épanouissement de tous les burkinabé ou c’est la décadence irreversible!

  7. C’est vraiment triste de voir que des Burkinabé n’ont pas pitié de leurs prochains et veulent tous avancés sans même laisser une miettes aux autres! Pire, ils vont jusqu’à réclamer au delà de ce qui ne devait pas leur revenir. Adage dit que:  » Trop de marchandage sur le prix pour une remise ouvre les yeux du vendeur sur la valeur de sa marchandise ». A trop vouloir pillé ce pays, vous allez vous ruiné vous-même! Quelle est cette égoïsme confondu a une cupidité que ces agents sont victimes là?? Dieu a résolu des problèmes pires que ce que vous voulez créer et si vous voulez détruire ce pays, Dieu s’en chargera de vous!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *