Accueil » Politique » Destitution de Tahirou Barry: les implications possibles

Destitution de Tahirou Barry: les implications possibles

Le feu qui couvait depuis un bon moment entre celui qui était le président du PAREN, le ministre Tahirou Barry, et le fondateur du PAREN, le professeur Laurent Bado, a fini par consumer les liens qui unissaient l’étudiant à son professeur. Au détour d’un congrès, Tahirou Barry a été purement et simplement chassé et de la tête du parti et du parti tout court.

Laurent Bado (à gauche) et Tahirou Barry (à droite). Le divorce entre le maître et son élève, au propre comme au figuré

Ainsi, il n’est plus membre du PAREN, il est devenu un électron libre. Mais pas comme Kiemdé, le député de l’UPC. Lui, il a ses cartes en main, puisque la loi anti-nomadisme ne peut pas lui être appliquée dans toute sa rigueur; il est député il le restera.

Dans le cas de Tahirou Barry, lui il est ministre par la volonté de son parti politique. Or, si le parti veut prendre son poste et certainement l’attribuer à quelqu’un d’autre, Tahirou Barry n’y peut rien. Il ne peut pas se prévaloir d’un amour de la Culture comme ce fut le cas sous Blaise Compaoré avec le ministre Auguste Ferdinand Kaboré qui avait décidé de rester dans le gouvernement d’ouverture contre la volonté de son parti, le PCLI. L’on se rappelle sa fameuse phrase: «Je suis un amoureux de la Culture…»

Bizarre, bizarre, ce dilemme semble coller au poste de ministre de la Culture!

Revenons au sujet pour dire que des implications possibles de cette affaire «Tahirou Barry», il y a la cohésion de la majorité présidentielle. Ce qui oblige les responsables du MPP à se pencher très rapidement sur cette affaire pour essayer de colmater les brèches afin de sauver les meubles.

Un observateur avisé de la scène politique burkinabè nous disait que le plus pro-actif dans une telle situation est à n’en pas douter Gorba. Il connaît bien Laurent Bado et il sait quelle attitude il faut adopter pour l’approcher et lui faire entendre raison dans le souci de la cohésion de la majorité présidentielle.

Ce qui est sûr, le pouvoir MPP ne doit pas rester dans son coin et laisser faire. Une lézarde dans une maison permet toujours aux cancrelats et autres bestioles de s’y engouffrer. Car s’il n’y a pas une solution idoine et que le PAREN décide de se mettre du côté de l’opposition, cela va obligatoirement affaiblir la majorité présidentielle. Et comme on connaît la tchatche du fondateur du PAREN, s’il s’allie à l’opposition, les meetings et autres marches de protestation auront plus d’envergure, surtout que les choses ne vont vraiment pas bien sur le plan socio-économique.

Des implications, une autre option s’offre à Tahirou Barry: la création de sa propre formation politique. Son nouveau-né aura dès le berceau un député, puisqu’il a été exclu en même temps que sa suppléante qui l’a remplacé à l’Assemblée nationale.

La balle est dans le camp de Tahirou: va-t-il courageusement rendre le tablier de ministre au PAREN ou va-t-il jouer les héros têtus?

Ousmane Hébié

Un commentaire

  1. Qui est le fondateur du parti? Laurent Bado. Il est le concepteur du parti, les idees qui se trouvent dans le programme d action sont ses idees. Qui peut pretendre usurper le parti? Quelqu un qu il a bien voulu proposer pour occuper le poste de President. Quand meme soyons realistes!. C est une honte. Tahirou tu ne dois pas chercher a t accrocher, Bado Laurent a raison sur toute la ligne. Organiser un debat ensemble et le peuple saura faire la part des choses. As tu invite Laurent Bado a ta reunion? lui il t’a invite tu ne t’es pas presente pourquoi?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *