Accueil » Société » Safiatou Lopez: le Collectif liberté et dignité dénonce ses conditions de détention

Safiatou Lopez: le Collectif liberté et dignité dénonce ses conditions de détention

Le Collectif liberté et dignité pour Safiatou Lopez a tenu ce 5 décembre 2018, un point de presse au Centre de presse Norbert Zongo à Ouagadoudou. L’objectif de la conférence de presse était de communiquer sur les conditions de détention de Safiatou Lopez et son état de santé.

Le présidium lors de la conférence de presse

Les accusations portées contre Safiatou Lopez étaient «un montage grotesque et il ne pourrait s’agir ni plus ni moins qu’une traque politico-judiciaire à l’instar d’autres affaires similaires bien connues comme l’affaire Auguste Dénise Barry ou celle de Naim Touré», c’est l’intime conviction de Habraham Badolo, porte-parole du collectif liberté et dignité pour Safiatou Lopez. Il s’indigne car malgré que les avocats de Mme Lopez Zongo maîtrisent et connaissent bien les procédures en matière de droit, le dossier reste en l’état, «dans une vacuité totale», à-t-il déploré. La liberté provisoire qu’elle mérite lui est toujours refusée. Aussi, M. Badolo pense qu’«il y a trop de flous dans l’affaire Safiatou Lopez: Il y a trop de questions qui méritent réponses: Pourquoi elle est détenue à la MACO et non à la MACA. Elle est poursuivie par la justice militaire, pour des faits supposés de complot contre l’Etat, et non par le Tribunal de grande instance de Ouagadougou (TGI). Pourquoi doit-elle faire l’exception à la règle et être traitée différemment des autres prévenus de la justice militaire?»

Les journalistes présents à la conférence de presse

Il se demande même si l’objectif recherché ne consiste pas à la faire vivre un traumatisme psychologique. Il en veut pour preuve « les mauvais traitements humiliants et dégradants, la torture morale et toutes les souffrances qu’elle subi ».

Pour l’heure, le collectif déplore le fait que, suite à sa détention, son état de santé se soit détériorée et elle se retrouve depuis une semaine en clinique. Sans être médecin, Habraham Badolo affirme que  l’état de santé de Mme Lopez est critique. Après lui avoir rendu visite, M. Badolo dit avoir constaté qu’elle ne pouvait pas se tenir debout et elle se déplace dans un fauteuil roulant.

Au regard de tous les problèmes auxquels elle est confrontée, le président du collectif, M. Siaka Coulybali, estime que Mme Safiatou Lopez devrait bénéficier de la libération provisoire. Mais le juge aurait avancé des raisons de sécurité, des raisons de possible subordination de témoins que les membres du collectif jugent discutables. Ils sont donc convaincus que Mme Safiatou Lopez est une prisonnière d’opinion du pouvoir en place.

Hamadou Ouédraogo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *