Deux attaques terroristes menées concomitamment ont été contrées par les FDS - Les échos du Faso
Accueil » Défense-Sécurité » Deux attaques terroristes menées concomitamment ont été contrées par les FDS

Deux attaques terroristes menées concomitamment ont été contrées par les FDS

Très tôt ce matin, aux premières heures de la journée de ce 24 juillet, deux attaques presque simultanées ont visé des objectifs à Matiakoali dans la région de l’Est et à Nassoumbou, dans la région du Sahel. Dans une alerte que nous avons reçue, il est question des «postes de Gendarmerie et de Police» à Matiakoali et de la «Gendarmerie et de la Préfecture de Nassoumbou».

Bravo à nos FDS qui montent en puissance

Des sources sécuritaires contactées n’ont pas précisé la nature des cibles mais elles ont relevé qu’aucune perte en vie humaine n’a été enregistrée dans ces deux attaques. Les assaillants ont été repoussés. Cependant, un gendarme a été touché à Matiakoali; il est hors de danger et est en train d’être évacué sur Ouagadougou, s’il n’est déjà arrivé.

Comme en pareilles circonstances, la hiérarchie militaire va établir un bilan détaillé des dégâts et préciser la nature des lieux pris pour cibles.

Mais en attendant, on peut féliciter nos Forces de défense et de sécurité qui, patiemment mais obstinément, font échec aux velléités de ces bandits. Comme l’écrivait si justement hier seulement sur sa page Facebook notre confrère Ag Ibrahim Mohamed, «Des criminels et des bandits sévissent dans cette région vulnérable [ndlr: Sahel] où ils n’hésitent pas à exécuter sans foi, ni loi de pauvres innocents, qui ne cherchent que leur vie quotidienne à la sueur de leur front».

Il faut éviter que l’Est, de par sa grande taille avec ses zones inaccessibles, soit le refuge de ces bandes armées qui attaquent sporadiquement les agents des forces de sécurité et paramilitaires. Il faut les traquer là ils sont.

Parlant de la neutralisation des cerveaux du double attentat qui a visé en mars dernier l’Etat-major général des Armées et l’Ambassade de la France àOuagadougou, Ag Ibrahim Mohamed a écrit que «L’élimination de cette dangereuse cellule qui possédait un arsenal a réduit le risque d’une nouvelle attaque terroriste. C’est un coup dur porté contre ces sinistres individus qui voulaient implanter une base terroriste dans notre pays. Sawadogo Abdoulaye et ses complices figuraient déjà sur la liste des 146 blacklistés et recherchés par les forces de sécurité». Pire, poursuit-il, «Une liste qui foisonne d’élus locaux, déserteurs de l’armée, coursiers au marché de bétail, enseignants, commerçants, marabouts…C’est la preuve que la lutte passe par la dénonciation par les populations sur la présence des suspects dans leur milieu».

C’est justement cette partition que les populations civiles doivent jouer discrètement mais efficacement. Chacun est un informateur potentiel car ces hors-la-loi vivent parmi nous, dorment avec nous, mangent et boivent avec nous. Il suffit d’être un peu plus vigilant pour les démasquer.

Bravo encore aux combattants et prompt rétablissement au gendarme blessé.

Hidogo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *