Accueil » Politique » Deuxième congrès ordinaire de l’UPC: 5000 personnes sont attendues à Ouagadougou les 20, 21 et 22 juillet

Deuxième congrès ordinaire de l’UPC: 5000 personnes sont attendues à Ouagadougou les 20, 21 et 22 juillet

Cinq mille personnes sont attendues à Ouagadougou pour le deuxième congrès ordinaire de l’Union pour le changement (UPC) qui se tiendra les 20, 21 et 22 juillet prochain. L’information a été donnée lundi au cours d’une conférence de presse sur le bilan préparatoire de cet évènement majeur, par le comité d’organisation.

5000 personnes sont attendues au congres de l’UPC

Du 20 au 22 juillet 2018, Ouagadougou va abriter le deuxième congrès ordinaire de l’UPC. Cinq mille personnes venant des 45 provinces du Burkina et une quinzaine de pays frères, où les militants du parti du lion sont organisés en fédération, prendront part à ce deuxième congrès qui se tiendra sous le thème: «UPC: stratégies pour une victoire éclatante en 2020, synonyme de paix, d’unité nationale, de sécurité et de prospérité».

Pour le président du comité d’organisation, le député Adama Sosso, ce deuxième congrès offrira l’occasion aux congressistes, de renouveler la composition des organes dirigeants du parti. Il permettra aussi aux participants de réfléchir sur d’autres stratégies idoines pouvant permettre à l’UPC de parvenir au pouvoir en 2020 afin de permettre au peuple burkinabè de vivre dans la paix, la cohésion sociale, la sécurité et la prospérité.

Le président du comité d’organisation, Adama Sosso

A ce propos, cinq sous-thèmes relatifs à l’organisation, la structuration et l’administration du parti, les stratégies de recrutement de relais locaux, les stratégies de développement des partenaires et alliances, le financement, seront traités.

Ce congrès, a rappelé Adama Sosso, se tient dans un contexte socio-politique difficile du fait de la grogne sociale, de la désaffection criarde des populations face à la politique de mal-gouvernance du régime en place et surtout de la situation d’insécurité permanente. Au regard de ces difficultés, confie le président du comité d’organisation, «nous réfléchirons dans le cadre du traitement du cinquième sous-thème, sur les réponses à apporter à ces questions d’actualité».

Réagissant aux propos du député Simboro qui disait à la télévision BF1 à l’occasion de l’émission «Surface de vérité» qu’il participera au congrès à la seule condition que sa sécurité soit garantie, le député Sosso a indiqué: «Nous pensons que Simon Compaoré a assuré valablement la sécurité de ses camarades. Il n’y a plus d’inquiétude». A l’entendre, la sécurité n’est pas assurée par l’UPC, mais par des forces spéciales. «Nous avons fait appel à ces forces spéciales pour assurer la sécurité de tous les participants au congrès et nous n’allons pas particulariser», a-t-il conclu.

Madina Belemviré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *