Accueil » Ca se passe à l'assemblée » Deuxièmes journées du groupe parlementaire UPC: la sécurité au cœur des échanges

Deuxièmes journées du groupe parlementaire UPC: la sécurité au cœur des échanges

Le président du groupe parlementaire UPC a présidé, ce vendredi, l’ouverture des travaux des deuxièmes journées parlementaires, placées sous le thème: «Dégradation continue de la situation sécuritaire au Burkina Faso: quelle contribution de parlementaire pour une résolution de la problématique dans notre pays

La sécurité au cœur des échanges du groupe parlementaire UPC

Le Pays des Hommes intègres fait face, ces trois dernières années, à des attaques terroristes de toutes parts. Ces attaques armées commises par des individus tantôt identifiés, tantôt non identifiés, causant des pertes en vies humaines notamment parmi les Forces de défense et de sécurité (FDS), sèment la panique et la désolation au sein de la population.

Les réponses apportées par le gouvernement de Paul Kaba Thiéba, a constaté le président du groupe parlementaire UPC, Nicolas Dah, semblent insuffisantes et souvent inefficaces. La preuve, relève-t-il, le tâtonnement des gouvernants dans la gestion sécuritaire du pays, l’utilisation de faux arguments pour se soustraire de leur incapacité à assurer la sécurité des personnes et des biens sur le territoire national, cette récurrence à attribuer la cause de l’insécurité au régime déchu, dénotent selon lui, de l’irresponsabilité, voire la démission du gouvernement dans sa mission régalienne.

Nicolas Dah, président du groupe parlementaire UPC

C’est conscient de la nécessité de combler les insuffisances du gouvernement dans cette mission régalienne que le groupe parlementaire UPC a décidé, à la faveur de ses deuxièmes journées parlementaires de l’année, de mener des réflexions autour du thème: «Dégradation continue de la situation sécuritaire au Burkina Faso: quelle contribution de parlementaire pour une résolution de la problématique dans notre pays

Une occasion, pour le groupe parlementaire UPC, selon son président, d’inviter le gouvernement à privilégier la concertation dans l’action en se départissant des accusations gratuites.

La sécurité de nos populations et du territoire national, a renchéri le président par intérim du groupe parlementaire CDP, Blaise Sawadogo, sont une cause nationale qui doivent mobiliser tous les Burkinabè derrière les FDS pour les soutenir dans le combat qu’elles mènent. «Je n’arrive donc pas à comprendre le discours tenu par certains responsables politiques qui, au lieu de rassembler les Burkinabè dans ces moments difficiles de la vie de notre nation, trouvent des boucs émissaires qui seraient responsables de cette situation», s’est-il indigné. Pour lui, l’heure n’est plus aux querelles politiques. «Taisons donc nos querelles politiques et mettons ensemble toutes les intelligences pour éradiquer à jamais la menace terroriste sur notre sol», a-t-il recommandé.

Des représentants d’autres groupes parlementaires ont répondu présents à l’ouverture des travaux

Pour sa part, le représentant du groupe parlementaire MPP, Tibo Jean Paul Tapsoba, a appelé à l’unité d’action de tous les citoyens: «Nous n’avons pas le droit de jouer à un double jeu car ceux qui nous attaquent n’ont d’autres objectifs que de détruire les formats de la République». Saluant donc la pertinence du thème qui est plus que d’actualité, il a invité les uns et les autres à arrêter les débats stériles et à se donner les moyens d’agir concrètement sur le terrain pour bouter les forces du mal hors de notre pays.

Pour sa part, Nicolas Dah a souhaité que les recommandations qui seront issues de ces échanges ne restent pas sans égards comme «il nous est souvent donné de constater».

Madina Belemviré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *