Accueil » Que devient? » Que devient Famoro Ouattara, le garde de corps de Thomas Sankara?

Que devient Famoro Ouattara, le garde de corps de Thomas Sankara?

Famoro, garde de corps en son temps

Au temps fort de la révolution du CNR, on le voyait toujours couvrir pratiquement de sa stature d’armoire à glace le président Thomas Sankara. Lui, c’est l’adjudant-chef major Famoro Ouattara, le chef de garde rapprochée du capitaine Thomas Sankara. Il fait partie des premiers commandos formés au CNEC sous Thom Sank.

Partout où était le président Thomas Sankara, on pouvait voir son immense garde de corps Famoro Ouattara. Il était visible comme un nez au milieu, tant l’homme à la grande taille et les muscles avec. Dès l’annonce de la tuerie du capitaine Thomas Sankara en ce triste jour du 15 octobre 1987, les proches de Famoro ne se faisaient plus d’illusion, certainement ont-ils pensé que leur  frère, leur cousin, leur oncle, leur papa était du lot des ‘’massacrés’’ car entre lui et le capitaine Sankara, c’était comme un slogan d’une maison de chaussures passée de mode, «pas un pas sans Bata».

le maire Famoro Ouattara, dans son bureau (ph Omega FM)

Mais cela était écrit peut-être, le chef de la garde du président n’était pas avec lui ce jour. Il a ainsi échappé à la mort. D’autres voix s’élèvent cependant sur le fait qu’il a dû sentir les choses, ce qui n’était pas forcément une prouesse, car tout Ouaga savait que quelque chose allait se passer, seulement le jour et l’heure étaient les inconnues.

Après l’épisode révolutionnaire, Famoro s’est converti en dirigeant sportif. Il a été pendant longtemps dans l’équipe dirigeante de l’ASFA Yennenga en même temps qu’il était gestionnaire de la salle de conférences de Ouaga 2000. Aujourd’hui, il est à la retraite dans son village natal de Mangodara, dans l’ouest burkinabè, à quelques encablures de la frontière ivoirienne où il est le maire.

La cité qu’il dirige s’est signalé il n’y a pas longtemps avec son enseignant chaud lapin qui a engrossé plusieurs jeunes filles de sa classe. Pour les besoins d’enquête sur les tristes évènements du 15 octobre 87, Famoro Ouattara reste certainement une mine d’informations.

O. H.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *