Accueil » Que devient? » Que devient Solo Dja Kabaco?

Que devient Solo Dja Kabaco?

Solo Dja Kabaco est un artiste musicien qui a fait parler de lui avec son style musical assez particulier. Révélé au public par le biais de la Semaine nationale de la culture (SNC), il compte à son actif 11 albums dont 5 réalisés  avec «Faso Ambiance» de Dédougou et 6 avec «Seydoni Production». 5 ans après avoir sorti son dernier album «Bara Mousso», Les Echos du Faso sont allés à son domicile sis à la Zone 1 au secteur 28 (ancien découpage) de Ouagadougou pour savoir ce qu’il devient.

                                                         Solo Dja Kabaco à son domicile

Solo Dja Kabaco, surnommé l’homme à la guitare, est un artiste musicien bien connu des Burkinabè. Malvoyant de naissance, Solo Dja Kabaco, de son vrai nom Souleymane Koné, a commencé la musique dès son bas-âge. Avec un père muezzin qui tenait à ce que son fils devienne comme lui, Solo Dja a été inscrit dans une école coranique en Côte d’Ivoire où il est né. Refusant de mendier,  il passait son temps à chanter. «Si on nous dit d’aller mendier, je passais mon temps à faire de la musique», a-t-il confié. Ce qui lui a valu d’être renvoyé de l’école.

Son père le fit venir au Burkina pour continuer l’école coranique chez son oncle à Nouna. Là encore, Solo Dja ne pouvait s’empêcher de poursuivre sa passion. «Je chantais et les gens me donnaient de l’argent que j’utilisais pour payer du riz, du maïs, afin de faire croire à mon oncle que c’est le fruit de ma mendicité», a-t-il dévoilé. Mais le pot aux roses ne tardera pas à être découvert, ce qui lui a valu une deuxième expulsion.

Malgré le fait que son père voyait d’un mauvais œil son choix, cela n’a pas empêché Solo Dja d’entretenir son rêve. «Il n’était pas content au début car il voulait que j’aille à l’école coranique alors que la musique était le premier compagnon que Dieu m’a donné», a-t-il dit.

Avec le soutien de sa mère qui chantait également, Solo Dja, muni d’une petite planche de chevron qui lui servait de guitare a commencé à chanter dans les cérémonies de mariage, les maquis, etc.

En 1996, l’homme à la guitare a été repéré à la SNC par Jean Paul Sawadogo de ‘’Faso Ambiance’’. Avec lui, il sort 5 albums dont «Burkina Cubain» le premier, «Faux rendez-vous», «Gnanama Minè».

L’artiste prépare un album pour cette année

Trois fois médailles d’or à la SNC (1994,1998, 2000) et une médaille de bronze, Solo Dja reçut en 1999 le prix spécial Seydoni Production à la SNC. Dès cet instant, il rejoint cette maison de production avec qui il sort en 2000 «Bitchèlou». La même année, il rafle trois prix aux Kunde : le Kunde de l’artiste le plus joué en discothèque, le Kunde du meilleur clip et le Kunde d’or.

Egalement connu à l’international, il reçoit le «Djembe d’or» du meilleur artiste en Guinée et le «Tamani d’or», du meilleur artiste burkinabè au Mali.

En 2002, il sort son album M’Makono suivi de «Paradis» en 2005 et «Barra mousso» en 2013 son dernier album. Après cela, que devient Solo Dja Kabaco, l’homme à la guitare? «Je suis toujours là, je joue, je fais des concerts et je suis en train de préparer un album qui va sortir cette année», a-t-il déclaré.

Aujourd’hui, Solo Dja peut compter sur le soutien de son père qui était contre son choix au départ. «Mon père apprécie ce que je fais. Il s’est rendu compte que je ne chante pas pour provoquer et que toutes mes chansons visaient juste à sensibiliser», a-t-il conclu.

Madina Belemviré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *