Accueil » Gouvernance - Développement » Dialogue politique: Roch réunit majorité et opposition autour d’une même table

Dialogue politique: Roch réunit majorité et opposition autour d’une même table

Annoncé le 4 avril 2019 lors des rencontres, entre le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, le Chef de file de l’opposition politique (CFOP) et la majorité présidentielle, le dialogue politique a ouvert ses travaux, ce lundi 15 juillet 2019 à Ouagadougou. Une semaine durant, les acteurs  de la scène politique  auront pour sujets d’intérêt national,  l’organisation des élections de 2020, la situation nationale et la cohésion sociale.

Le Président du Faso invite le président de l’Alliance des Partis de la Majorité Présidentielle (APMP), Simon Compaoré, et le Chef de file de l’Opposition politique, Zéphirin Diabré à diriger les travaux

Ils étaient tous présents, les acteurs politiques issus  de l’opposition comme de la majorité, pour répondre à l’invitation du président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré. Du 15 au 22 juillet 2019, les acteurs de la scène politique nationale issus de la majorité et de l’opposition sont invités à s’asseoir autour d’une même table pour discuter de sujets d’intérêt national, l’organisation des élections de 2020, la situation nationale et la cohésion sociale. Le Président du Faso, Roch Marc Christian KABORE, initiateur de ce dialogue, a procédé à l’ouverture des travaux ce lundi 15 juillet 2019 à Ouagadougou.

Une vue des participants

En effet, sept(7) jours durant, les travaux de cette rencontre politique seront  co-présidés par le président de l’Alliance des Partis de la Majorité Présidentielle (APMP), Simon Compaoré, et le Chef de file de l’Opposition politique, Zéphirin Diabré, avec pour rapporteur général, le ministre d’Etat, ministre de l’Administration territoriale et de la Cohésion sociale, Siméon Sawadogo. Dans son discours d’ouverture, le chef de l’Etat a eu une pensée pour toutes les victimes du terrorisme et des violences en politique au Burkina Faso.« J’ai appelé à ce dialogue politique dans la pure tradition de la disponibilité de notre peuple à la concertation et pour offrir aux participants que sont les partis politiques de la majorité et de l’opposition, l’occasion d’apporter leur contribution à la gestion durable des questions majeures qui se dressent devant nous, avec la volonté d’améliorer notre capacité d’anticipation », a-t-il justifié.Et d’ajouter : « Ma conviction est établie qu’il est toujours possible d’améliorer continuellement la gouvernance afin de réhabiliter l’homme burkinabè, pour en faire un artisan de premier plan de sa propre promotion et du développement du Burkina Faso, dans la paix, la démocratie et le progrès ».

Pour lui, le Burkina Faso de nos rêves partagés est à portée de main, à condition que chaque participant à ce dialogue fasse preuve de dépassement de soi pour ne privilégier que les intérêts de la Patrie, en ce sens que « la question du pouvoir, question essentielle s’il en existe, devient secondaire dans le contexte actuel où c’est l’existence même de notre Etat, de sa cohésion et de son unité qui sont posées ». Aussi il dit être engagé  à transmettre toutes les propositions consensuelles, au gouvernement et au Parlement, dans le respect des attributions respectives de toutes les institutions républicaines. Car, le président Kaboré a tenu à  rappeler qu’en raison de leur caractère de préoccupation nationale, certaines thématiques abordées lors de ce dialogue et appellent à un élargissement du cadre pour des discussions impliquant d’autres composantes de la Nation.

Omar Idogo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *