Accueil » Gouvernance - Développement » Mine d’or de Guiaro: que veut-on cacher?

Mine d’or de Guiaro: que veut-on cacher?

Notre confrère l’Economiste du Faso a levé un lièvre qui mérite d’être poursuivi. En effet, il nous révèle des incohérences dans les chiffres communiqués par le gouvernement sur la mine d’or installée dans la commune de Guiaro dans province du Nahouri.

Le minerai est transporté de Guiaro à Youga, les deux mines apparteant à Burkina Mining Company SA

La mine de Guiaro est exploitée par la société Netiana Mining Company SA. Cette société elle-même appartient à Burkina Mining Company (BMC) qui exploite la mine de Youga. BMC a changé plusieurs fois de propriétaires à tel enseigne que l’on se perd lorsqu’on tente de reconstituer l’histoire de cette société. Elle a longtemps été détenue par le Canadien Endeavour qui a cédé ses parts au turc MNG.

Construite en 2006, Youga a débuté son exploitation en 2008. Actuellement, ses réserves d’or tirent à leurs fins. La société, pour ne pas fermer boutique, a entrepris des activités de recherches géologiques qui ont abouti à la découverte du gisement de Guiaro. Comme la loi l’exige, elle a créé une société, Netiana Mining Company SA, pour obtenir le permis d’exploitation de l’or à Guiaro.

Au Burkina, l’octroi d’un permis minier est fait en Conseil des ministres. C’est au cours du Conseil des ministres du 22 décembre 2016 que le permis à été attribué à Netiana Mining Company SA. Toujours selon la loi, la société a 6 mois pour signer son contrat d’exploitation, encore appelé convention minière. L’autorisation de signature de la convention est intervenue au cours du Conseil des ministres du 25 octobre 2017, soit 10 mois après l’octroi du permis minier.

C’est en observant les chiffres communiqués entre ces 02 sessions du Conseil de ministres que les incohérences ont été relevées. Pour notre confrère: «Alors que le compte rendu du Conseil des ministres du 22 décembre 2016 qui autorise l’octroi du permis minier déclare que les réserves minières sont estimées à 2,3 tonnes d’or, le compte rendu du Conseil des ministres du 25 octobre 2017 autorisant la signature de la convention minière déclare une réserve de 2,7 tonnes d’or, soit une différence de 0,5 tonnes (500 Kg)».

Une grande incohérence existe également sur le montant des recettes au profit du budget national. Le Conseil des ministres de décembre 2016 annonce 25,722 milliards de FCFA pendant que celui d’octobre 2017 indique 9,646 milliards de FCFA pour le budget de l’Etat et 477,618 millions de FCFA pour le fonds minier de développement local. Les recettes sont tirées de la vente de l’or. Alors que seule une différence de 500 kg a été observée entre les 2 Conseils des ministres. Combien la société doit exactement à l’Etat?

Enfin, en termes d’emplois, les données fournies en 2016 indiquent une centaine d’emplois à créer et celles d’octobre 2017 parlent de 200 emplois. A ce propos, des jeunes de Guiaro attendent toujours des propositions d’emplois dans la mine. D’une manière générale, ces écarts méritent des explications.

En réalité, Netiana Mining Company SA n’a pas attendu sa convention pour débuter l’exploitation. Etant une filiale de MNG, l’or extrait à Guiaro est convoyé à Youga dans la commune de Zabré pour le traitement. Ce convoyage ne se passe pas sans désagréments.

Chaque jour, une file de camions transportant le minerai, traverse des villages le matin et le soir. Les camions traversent de grandes villes comme Pô et Zabré, avec les risques d’accident, sans compter les nuisances sonores et la poussière. Ces camions contribuent à dégrader fortement la route et l’on se demande comment le gouvernement a pu octroyer un permis à cette société sans exiger qu’elle construire une route minière dont le tracé contourne les villages et les villes?

Au Burkina Faso, ce qui manque le plus est le suivi des engagements pris par les sociétés minières dans leurs contrats avec l’Etat.

Abouga Tagnan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *