Accueil » Société » Droit alimentaire: l’ONG Hunger Free World et ses partenaires évaluent les engagements de l’Etat

Droit alimentaire: l’ONG Hunger Free World et ses partenaires évaluent les engagements de l’Etat

Les 25 et 26 juillet 2019,  s’est tenu à  Ouagadougou, un atelier sur les tendances de l’évolution  budgétaire et les engagements de l’Etat en matières de sécurité alimentaire. Organisé par l’organisation japonaise, Hunger free World et ses partenaires œuvrant dans le développement  communautaire, la santé et l’assainissement, le plaidoyer et la sensibilisation pour un monde sans faim, cette rencontre a eu pour objectif de faire le point avec les participants sur les tendances de l’évolution du budget consacré à la sécurité alimentaire et voir si les engagements de l’Etat dans ce domaine sont tenus.

Le présidium lors de l’atelier sur les tendances de l’évolution du budget

« Hunger free World (HFW)», organisation japonaise de développement, intervient au pays des hommes intègres  dans le développement  communautaire, la santé et l’assainissement, le plaidoyer et la sensibilisation  pour un monde sans faim,le développement de la jeunesse, a œuvré pour l’inscription du droit à l’alimentation dans la constitution. En effet, au travers de son programme plaidoyer et sensibilisation, HFW ,en partenariat avec la coalition (le réseau des parlementaires pour la nutrition et la sécurité alimentaire, le club des journalistes pour la nutrition et la sécurité alimentaire, le mouvement burkinabè des droits de l’homme et des peuples)  a initié une série de  rencontre  annuelle pour la mise en place  d’un mécanisme de veille et de suivi sur l’élaboration du budget en matière de sécurité alimentaire en lien avec la nouvelle constitution qui sera adoptée. Deuxième du genre, cette rencontre  de 48h  qui s’est tenue à Ouagadougou  permettra selon les organisateurs, d’être plus efficace  dans la conduite de leurs actions de plaidoyers,  enfin d’œuvrer  pour une amélioration de la gouvernance de la sécurité alimentaire et nutritionnelle au Burkina Faso.

Une vue des participants

Et donc à travers cet atelier dont l’objectif général qui est de faire le point avec les participants sur les tendances de l’évolution du budget  consacré à la sécurité alimentaire et voir si les engagements de l’Etat dans ce domaine sont tenus , va selon Frédéric Ilboudo, le chargé du programme plaidoyer et sensibilisation renforcer les capacités des acteurs mais aussi attirer  l’attention des autorités pour qu’ils prennent conscience pour que soit inscrit à la nouvelle constitution le droit. « Aujourd’hui nous tenons un atelier pour les tendances de l’évolution budgétaire et les engagements de l’Etat. Parce que vous savez que l’Etat prend des engagements pour accompagner les acteurs de terrain pour que le droit à l’alimentation soit une réalité. Donc nous allons revisiter les engagements de l’Etat, nous allons revisiter l’évolution du budget, est-ce qu’il est en hausse est-ce qu’il est en baisse et qu’est-ce qu’il faut faire, puisque le droit à l’alimentation est constitutionnalisé et que une fois  constitution  que la constitution entre en vigueur  qu’est qu’il faut prendre comme texte de loi pour encadrer la mise en œuvre de cette nouvelle constitution » a-t-il précisé.

le Dr Léopold Nanéma du secrétariat exécutif du conseil national de sécurité alimentaire

Mesurer donc  les tendances  de l’évolution du budget et évaluer les engagements de l’État en matière  de sécurité alimentaire, ce mécanisme fait appel  à l’implication d’autres structures telles que la SNV/burkina, le Ministère de l’Agriculture, le club des journalistes  et bien d’autre structures .

Pour le Dr Léopold Nanéma du secrétariat exécutif du conseil national de sécurité alimentaire,cette rencontre est la bienvenue et aura tout le soutien du Ministère en charge d’Agriculture. Aussi, ces deux jours  de réflexions pour lui, est « une occasion pour l’ONG et ses partenaires venus d’horizon divers , de susciter  un ensemble d’actions qui seront conduites  après l’adoption de la constitution ».

Et de façon spécifique ,cette rencontre  visant  à faire le point sur les tendances du budget de la sécurité alimentaire au Burkina ces 10 dernières années aura pour résultats attendus une feuille de route  des actions à court, moyen et long terme établies.

Omar Idogo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *