Accueil » Education-Enseignement-Recherche » Education: 3 000 élèves-stagiaires exigent leur mandatement

Education: 3 000 élèves-stagiaires exigent leur mandatement

Au cours d’une conférence de presse animé ce lundi, le Comité de suivi et de mandatement des stagiaires sortants de l’ENS-UK/IDS a exigé du gouvernement le mandatement effectif et intégral de tous les élèves-stagiaires des deux écoles avant la rentrée 2017-2018. Prenant l’opinion nationale à témoin, le comité a assuré que si rien n’est fait, il va entreprendre des actions fortes pour contraindre les premières autorités à se pencher sur leur situation.

Le Comité de suivi et de mandatement exige du gouvernement le mandatement effectif et intégral avant la rentrée 2017-2018

Cela fait exactement deux mois que les anciens stagiaires de l’ENS-UK et de l’IDS (Institut des sciences) n’ont perçu aucun sou. La formation des élèves-stagiaires des deux écoles, renseigne le porte-parole du Comité de suivi et de mandatement, a pris fin pendant l’année scolaire 2016-2017 avec l’admission au stage pratique suivi de leur intégration. S’en est suivi le dépôt des dossiers d’intégration. C’est à l’issue de ces dépôts, poursuit M. Bamba, que le Comité de suivi et de mandatement a été mis en place.

Après avoir tenu des rencontres avec des responsables du ministère de l’Education, les élèves-stagiaires ont été rassurés sur le fait que la première session du traitement des dossiers interviendra du 10 au 19 septembre 2017. Egalement, précise Adama Bamba, «le Directeur des ressources humaines du ministère de l’Education nous a confié que le mandatement sera fait immédiatement après chaque session, sans nous donner exactement un calendrier de déroulement des autres sessions».

Face à cette situation, le comité a adressé une demande d’audience au ministre de l’Education le 19 septembre afin de mieux comprendre la situation, mais celui-ci n’a pas encore réagi.

Ce qui fait croire au comité qu’il y a un manque de volonté de la part des premières autorités. «Ils ont suffisamment eu le temps pour traiter le dossier afin de nous mettre dans les conditions idoines», a fustigé le porte-parole.

Adama Bamba, porte-parole du comité

Pourtant, dit-il, environ 3 000 sortants des deux écoles, composés de professeurs, d’assistants, d’attachés, de conseillers d’éducation, de conseillers d’orientation, vivent sans le moindre sou car depuis le dépôt des dossiers, le pécule des stagiaires a été suspendu.

Prenant ses responsabilités, le comité a exigé du gouvernement le mandatement effectif et intégral de tous les élèves stagiaires avant la rentrée 2017-2018 qui interviendra dans une semaine. «Si rien n’est fait d’ici là, il est évident que sans le moindre sou, nombreux de nos collègues n’iront pas à leur poste», a prévenu M. Bamba.

A la sortie de cette conférence de presse, il a révélé que le comité va rendre compte et ensemble avec les autres collègues, décider en assemblée générale de la conduite à tenir. «Mais je tiens à vous rassurer que des actions fortes seront entreprises si l’autorité ne se penche pas clairement sur notre sort», a-t-il conclu.

Madina Belemviré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *