Accueil » Education-Enseignement-Recherche » Education nationale: le gouvernement et la CNSE s’accordent sur un statut valorisant pour le corps enseignant

Education nationale: le gouvernement et la CNSE s’accordent sur un statut valorisant pour le corps enseignant

Le gouvernement et la Coordination nationale des syndicats de l’éducation (CNSE) s’accordent sur la rédaction du statut valorisant des personnels de l’éducation. La signature de ce procès-verbal de discussions sur ce projet  a eu lieu le vendredi 03 mai 2019 dans la salle du Ministère de l’Education nationale, de l’Alphabétisation et de la Promotion des Langues nationales, à Ouagadougou.

le procès verbal signé par les deux parties

Le jeudi 18 avril dernier, deux mois  après la suspension du mot d’ordre de grève de boycott de certaines activités académiques, la Coordination nationale des syndicats de l’éducation (CNSE)  compte maintenir le cap de leur lutte à travers un mot d’ordre de grève sur tout le  territoire national pour exiger du gouvernement le respect de ces  engagements. Deux mois, c’était le temps donné au gouvernement pour mettre en œuvre le protocole d’accord qu’il a signé avec la (CNSE).Mais après quelques jours de discussion  des cinq points principaux composaient la plateforme revendicative de la coordination entre le gouvernement et la CNSE, un accord a été entendu sur le projet de la rédaction du statut valorisant des personnels de l’éducation.

En effet, le ministre de l’éducation nationale, de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales, le Pr Stanislas Ouaro et le coordonnateur de la Coordination nationale des syndicats de l’éducation (CNSE) ont procédé à la signature d’un procès-verbal de discussions sur le projet de statut valorisant des personnels de l’éducation le vendredi 03 mai 2019 à Ouagadougou.

Sur l’accord de ce premier point, le ministre Ouaro aperçoit en ce dialogue social, un espoir réel pour le système éducatif burkinabè. Plus rien ne s’oppose à la rédaction du statut valorisant, aussi a-t-il salué le sens du compromis, de responsabilité  dès, « parties prenantes engagées dans un long processus qui a connu plusieurs rebondissements ». D’autre part,  a-t-il rassuré, « les travaux pour l’apurement des différents passifs en termes d’indemnités et de bonification d’échelons ont commencé depuis ce matin ».

Le coordonnateur national de la CNSE, Bonaventure Belem

Quant à la CNSE, elle  s’est réjouie de la victoire qui est une première  des étapes. « Nous  souhaitons  avec insistance que la rédaction et l’adoption du statut valorisant qui sera mis en œuvre en 2020 puissent se dérouler sans couacs » a dit, Bonaventure Belem, le coordonnateur du CNSE. Aussi par la voix de M. Belém, la coordination autorise les enseignants à s’exécuter pour les épreuves sportives des examens.

Par contre, les autres actions, dit-il, notamment le boycott des évaluations, la non transmission des courriers, restent maintenues en attendant le 15 mai prochain. Et par la même occasion, il a affirmé que la CNSE a publié une circulaire le vendredi 3 mai indiquant un réaménagement de son d’ordre de grève.

Omar Idogo

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *